Accueil > Les réalisateurs > B > Bell, William Brent > Devil Inside - la critique

Devil Inside - la critique

Péril au Vatican

Acheter sur Priceminister

Interdit aux moins de 12 ans

On nous avait déjà fait le coup du "dernier exorcisme" en found footage ! Et bien c’est reparti. En pire encore.

L’argument : Un soir de 1989, la police reçoit un appel d’une certaine Maria Rossi (Suzan Crowley) qui reconnaît avoir sauvagement assassiné trois personnes.
Vingt ans plus tard, sa fille, Isabella (Fernanda Andrade) cherche à comprendre ce qui s’est vraiment passé cette nuit-là. Elle se rend en Italie, à l’hôpital Centrino pour psychopathes où Maria est enfermée, pour savoir si sa mère est déséquilibrée ou possédée par le diable. Pour soigner la démente, Isabella fait appel à deux jeunes exorcistes (Simon Quarterman et Evan Helmuth) qui utilisent des méthodes peu orthodoxes, mêlant la science et la religion.
Ils devront alors affronter le Mal absolu qui a pris possession de Maria : quatre démons d’une puissance redoutable…

Notre avis : La presse américaine l’avait déploré. Le bouche-à-oreille outre-Atlantique et le vote des internautes catastrophiques sur IMDB laissaient augurer le pire et, voui, Devil Inside est bien la dinde tant redoutée.
Cette vilaine petite chose qui se croit maligne avec un scénario de documenteur totalement réchauffé (mélange du médiocre The last exorcism et du pitoyable Le rite), est probablement ce qui s’est fait de pire dans le domaine, de quoi provoquer une indignation générale du public présent dans la salle (Gaumont Marignan, Paris, séance de 20h15 en avant-première) quand le générique de fin est tombé abruptement sur l’écran alors que les choses commençaient à devenir sérieuses et un minimum plus enlevées. Une telle chute est tout simplement une honte, ou une arnaque totale.
C’est que, Madame, la bande-annonce vous montrait tout ! Et grâce à ce miraculeux montage, d’une diabolique efficacité, l’Amérique adolescente entière s’était faite berner (énorme succès en première semaine, cata le week-end suivant !), pensant être face au Paranormal activity de l’année 2012. Que dalle !
Alors que reste-t-il à découvrir en plus des scènes chocs dévoilées sur le net depuis des semaines : des images numériques laides, des acteurs lardons et des moments de suspense bidon. Pas de doute, à nos yeux, Devil inside restera à jamais une chanson d’INXS. Rien de plus !

La bande-annonce :

Extrait :

Frédéric Mignard




Il n'y a pas encore d'avis pour cet article. Soyez le premier à proposer votre avis !

Votre avis