Accueil > Les réalisateurs > H > Hartwill, Chris > Ghost Machine - la critique + test blu-ray

Ghost Machine - la critique + test blu-ray

Joue ta vie

Acheter sur Priceminister

Sortie DVD & blu-ray : le 22 mai 2012

Survival gore en tenue de camouflage, dans une prison désaffectée, qui mélange les différents niveaux de réalité... Un film pour les gamers de moins de 20 ans en quelque sorte.

L’argument : Des génies en informatique ont créé un programme de simulations de combats virtuels pour l’armée britannique. Lors d’une soirée de congé, Tom et Vic, les créateurs du programme, réunissent une bande de copains dans une prison abandonnée pour tester de nouveaux paramètres et s’amuser un peu, mais il s’avère que la prison est hantée par le fantôme d’une prisonnière morte suite à la torture subie aux mains d’un soldat. C’est alors que les participants se font assassiner un par un...

JPEG - 49.9 ko

Notre avis : Ce DTV britannique a connu quelques très rares sorties sur le grand écran en Europe. C’est surtout en vidéo que sa carrière prend tout son sens, notamment en France où CTV lui offre même les honneurs d’une exploitation en blu-ray. Ce premier long-métrage de Chris Hartwill s’adresse à un public restreint, celui des gamers, amateurs de réalité virtuelle qui se mélange à notre dimension. Evidemment ces joueurs sont adeptes de violence (la série B distille une bonne dose de gore), de sexe (une scène sexy est à recenser), aiment les gros flingues (ça tombe bien Ghost machine fait l’étalage de treillis bien armés dans un décor de prison désaffectée, c’est propice) et affectionnent en particulier le fantastique. Comme ce survival surnaturel est avant tout un film de fantôme, c’est le programme a priori rêvé pour une bonne soirée entre amateurs de jeu vidéo de moins de 20 ans. A priori, car ce n’est pas non plus une perle !
Dans Ghost machine, un spectre à cheveux longs hante un simulateur où rien n’est réel si ce n’est les jeunes crétins qui viennent se jeter dans la gueule de la louve (et oui, le fantôme est une femme) pour s’adonner aux plaisirs du virtuel. Le pitch est simpliste, mais plutôt efficace. Comme on est en plein DTV, on ne tiendra pas rigueur aux effets spéciaux numériques un peu "ringue" . Par contre gare à la fin, totalement précipitée qui laisse un goût d’inachevé, comme s’il manquait un bon quart d’heure au film.


Le blu-ray

Une édition chiche qui a renvoyé les bonus à l’abstraction.

Les suppléments :
0
A part la bande-annonce, il ne reste rien des nombreux bonus présents sur le blu-ray britannique. Preuve d’une grande confiance de l’éditeur en son produit de consommation unique.

L’image :

On prend peur lors de la séquence d’ouverture du film, qui se déroule dans un simulateur de guerre. Les images virtuelles affichent un bruit intolérable qui, heureusement, disparaît très vite pour offrir une définition relativement satisfaisante. Elle aurait toutefois pu être davantage appuyée. La preuve sur les visages souvent filmés en plan poitrine qui sont un peu lisses.

Le son :

Privilégiez la VOSF, elle affirme davantage la personnalité du film avec un naturel dans les accents que l’on perd vraiment dans le doublage français, lui aussi affublé d’une piste 5.1 DTS HDMA. Le son est correct, mais manque de puissance. Il ne parvient pas à rendre les effets percutants, pourtant il y avait matière avec toutes les explosions finales.
Attention, on est toutefois face à une copie HD légitime qui se distingue d’un rendu SD.

Frédéric Mignard




Il n'y a pas encore d'avis pour cet article. Soyez le premier à proposer votre avis !

Votre avis