L’amour propre ne le reste jamais très longtemps - la critique du film

Point G comme graveleux

Le 20 mars 2017

Typique d’un certain cinéma français polisson des années 80, cet unique film de Martin Veyron propose une analyse assez pertinente des rapports hommes / femmes à la suite de la libération sexuelle, le tout assaisonné de dialogues égrillards souvent drôles.

Galerie photos

spip-bandeau

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?