Accueil > Les réalisateurs > R > Rossellini, Roberto > Les 11 Fioretti de François d’Assise

Les 11 Fioretti de François d’Assise

L’hymne à la joie

Acheter sur Priceminister

- Durée : 1h15mn
- Titre original : Francesco, giullare di Dio
- Année de production : 1950

Cette description des débuts de l’ordre Franciscain est habitée par une croyance absolue dans le pouvoir des images, ainsi qu’une recherche de l’épure et de l’ascétisme bouleversante.

L’argument : En 1210, le pape Innocent III valide et reconnaît l’ordre franciscain qui prône une pauvreté matérielle absolue. Revenant de Rome, François et ses disciples se retirent dans une petite chapelle bâtie de leurs mains : la Portiuncula de Sainte-Marie des Anges, près de la ville d’Assise. Vivant de l’aumône, ils y façonnent les principes de leur enseignement, avec une béatitude et une humilité quotidiennes...

Notre avis : Alors qu’il vient à peine d’achever le tournage du torturé Stromboli (1950), avec pour héroïne sa maîtresse Ingrid Bergman, le cinéaste italien Roberto Rossellini se penche sur les débuts de l’ordre mendiant des Franciscains et en tire une oeuvre paisible et curieusement apaisée, alors que lui-même est en pleine tourmente sentimentale. Cherchant à retrouver l’esprit de pureté qui animait les premiers chrétiens, le réalisateur choisit d’évoquer les premières années de la communauté, lorsqu’elle se forme sous l’impulsion de François d’Assise. En ce début de XIIIème siècle marqué par les ravages de la guerre et des épidémies, ce fils de marchand prône un retour à la pauvreté, à la charité telle qu’elle fut vécue par le Christ lui-même.
Au lieu de nous imposer un pensum littéraire sur la Foi, Rossellini évoque à travers différents petits épisodes les premiers pas de ces Frères Mineurs, à la fois naïfs, inoffensifs et en décalage total avec l’esprit de leur temps. Même si cette fraîcheur des moines peut parfois faire sourire, elle emporte toutefois notre adhésion grâce au magnifique style de l’auteur, à la fois épuré et comme transfiguré par sa foi en une religion primitive. Doté d’une photographie somptueuse qui évoque les plus belles toiles de Giotto, Les 11 Fioretti de François d’Assise dégage une véritable ferveur chrétienne que les non-croyants pourront également apprécier grâce à la beauté des plans et à cet amour infini porté à la nature. Quelques épisodes se démarquent des autres, comme celui où le saint croise un lépreux. Dans une atmosphère crépusculaire, cette rencontre étonnante serre le coeur et éblouit la rétine par sa beauté esthétique. Malheureusement, Rossellini n’a pas su éviter quelques faux pas tels que la représentation burlesque du pouvoir temporel à travers le tyran Nicolas - joué avec grand renfort de grimaces par Aldo Fabrizi. De quoi briser l’harmonie et le bien-être qui se dégage d’une oeuvre assurément habitée.


Le DVD
Une édition proche du miracle.

Les suppléments

Comme souvent, ce n’est pas la quantité, mais la qualité qui compte. Cette réflexion nous vient aussitôt à l’esprit en visionnant les passionnants bonus de cette édition. La courte présentation par Rossellini relève bien sûr du document d’archive ; elle nous évoque l’échec commercial du film à l’époque. Un module d’une trentaine de minutes nous permet d’écouter les propos éclairés d’Alain Bergala sur cette oeuvre à part dans la filmographie du cinéaste. Son intervention, claire et toujours agréable à suivre, est riche d’informations et d’analyses filmiques. Enfin, l’éditeur nous propose le prologue retiré par Rossellini après la présentation du film au festival de Venise, le tout présenté par Alain Bergala. Du tout bon.

Image & son

Si l’image souffre parfois des usures du temps (griffures et petites sautes), elle est dans l’ensemble magnifiquement restaurée, donnant un éclat optimal aux scènes diurnes, ainsi qu’une belle profondeur aux rares séquences nocturnes. Des réserves plus importantes sont à formuler quant aux pistes sonores en mono : parfois très abîmées, elles sont parasitées par un souffle assez désagréable. Dommage.

GIF - 52.6 ko
Copyright Carlotta
Virgile Dumez




Il n'y a pas encore d'avis pour cet article. Soyez le premier à proposer votre avis !

Votre avis