Slider home générale

Valerian et la Cité des Mille Planètes : le trailer final est magnifique

On était un peu dubitatif, mais la bande-annonce finale de l’adaptation de la...

Dark Universe : Tom Cruise, Johnny Depp... Universal sort ses monstres sacrées

A chaque studio son univers, Universal préfère les monstres au super-héros et...

Cannes 2017, Day 8 : Doillon, Coppola... le désir et sa matière

À trois jours seulement de la fin de la compétition, le 70e Festival de...

Les Proies (Cannes 2017) - la critique du film

Préférant l’épure et l’allusion aux excès dérangeants du film original de Don...

Nos Années folles (Cannes 2017) - la critique du film

Téchiné reste fidèle à son thème des vertiges et errements amoureux dans ce...

Rodin (Cannes 2017) - la critique du film

Jacques Doillon libère toutes ses obsessions et hantises dans un drame...

Pirates des Caraïbes 5 : La vengeance de Salazar - la critique du film

Le bateau prend l’eau dans cette énième suite d’une franchise qui ferait mieux...

Psiconautas - la critique du film

Une superbe fable dystopique, qui alterne scènes oniriques en apesanteur et...

Cannes 2017, Day 7 : Kawase, Campion... les femmes au pouvoir

En cette septième journée de compétition, Naomi Kawase a dévoilé son nouveau...

Top of the Lake, Saison 2 (Cannes 2017) - la critique

Clairvoyants, cruels, drôles, glaçants... les deux premiers épisodes de la...

Vers la lumière (Cannes 2017) - la critique du film

Délaissant l’esotérisme au profit d’une belle fluidité, Naomi Kawase revient...

Cannes 2017, Day 6 : prêcheurs cyniques VS poète romantique

Insolence crasse et cynisme de bas étage étaient au programme de la sixième...

Le Jour d’après (Cannes 2017) - la critique du film

Plus prolifique que jamais, Hong Sang-Soo explore le vaudeville à l’aune du...

Mise à Mort du Cerf Sacré (Cannes 2017) - la critique du film

Complaisant à l’extrême et incapable de se renouveler, Lanthimos racle les...

Happy End (Cannes 2017) - la critique du film

Sur le mode de l’autodérision, Michael Haneke nous ressert tous ses vieux...