Accueil > Les réalisateurs > C > Clark, James B. > Les hors la loi - la critique + le test DVD

Les hors la loi - la critique + le test DVD

Alan Ladd dans un total contre-emploi

Acheter sur Priceminister

- Durée : 1h30mn
- Titre original : One Foot in Hell
- Année de production : 1960
- Sortie du DVD : 13 septembre 2011

Une agréable série B qui bénéficie d’un excellent scénario, en partie gâché par une réalisation impersonnelle et passe-partout.

L’argument : Parce que les habitants d’une localité lui ont refusé l’argent qui lui aurait permis de sauver sa femme enceinte, Mitch Barret, un immigrant, se fait nommer shérif adjoint et monte un gang afin de cambrioler la banque et assouvir sa vengeance. Mais l’un de ses complices, que l’amour a remis sur le droit chemin, s’oppose à ce projet.

Notre avis : Alan Ladd a connu son heure de gloire au début des années 40 jusqu’au milieu des années 50 où il interprète son plus grand rôle dans L’homme des vallées perdues (1953). Pourtant, en quittant le studio Paramount, il n’arrive pas à retrouver le panache qui le caractérisait jusqu’alors. A partir de cette époque, l’athlétique acteur vieillit prématurément et s’enfonce progressivement dans l’alcool. A la fin de sa carrière, il ne tourne plus que dans de petites séries B. où il fait à peine illusion. Durant cette période terrible pour la star déclinante, il tourne Les hors la loi (1960) sous la direction de James B. Clark, un excellent monteur devenu réalisateur de seconde zone (il passera la plus grande partie de sa carrière à tourner pour la télévision). L’originalité de ce long-métrage tient avant tout en un scénario malin signé Sidney Boehm à qui l’on doit des œuvres majeures comme Règlement de comptes de Fritz Lang.
Le long-métrage débute par une séquence qui établit de manière ferme le statut d’Alan Ladd en tant que héros de l’histoire. Celui-ci est, comme à son habitude, un homme attentionné qui perd sa femme à cause de la pingrerie de quelques notables d’une ville provinciale. Dès lors, le personnage échafaude un plan machiavélique pour se venger de cette petite bourgade et, en même temps, tirer profit de la situation. Peu à peu, le personnage incarné avec distance par Alan Ladd révèle de profondes lignes de faille, et notamment une tendance psychotique à ne jamais dévier de son but initial, quelque soient les implications morales. Progressivement, le spectateur est amené à reconsidérer le héros du film et à modifier son point de vue sur un homme violent, sans cesse au bord de la folie. Si le script est d’excellente tenue et parvient à capter l’attention du public, il n’est malheureusement pas sublimé par une réalisation assez terne de James B. Clark. Non que le film soit mauvais, mais il lui manque une étincelle qui le ferait basculer du côté des grands films de série B. L’interprétation routinière d’Alan Ladd n’aide pas beaucoup et l’on se prend à lui préférer les acteurs secondaires comme les excellents Don Murray et Dan O’Herlihy. Agréable divertissement qui se suit sans ennui, Les hors la loi n’est donc pas le grand western que son scénario laissait augurer, mais une honnête série B de plus.


Le DVD
Une édition très correcte d’une œuvre rare.

Les suppléments

Les seuls suppléments exclusifs à cette édition sont les bandes-annonces de l’éditeur, une galerie photo et une introduction (6mn) fort intéressante de Patrick Brion. Les deux autres documentaires sur Alan Ladd, l’un par Jean-Claude Missiaen (18mn) et l’autre par une chaîne de télévision américaine (56mn) étaient déjà disponibles sur d’autres titres de la collection avec l’acteur. Quoi qu’il en soit, ces suppléments permettent de mieux connaître une star qui sombre progressivement dans l’oubli.

Image

Si les couleurs bavent de temps à autre, on peut considérer la copie proposée comme satisfaisante. On regrette juste un léger manque de piqué, mais la restauration est tout de même une réussite.

Son

Les deux pistes audio en mono sont de bonne tenue. La piste française nous donne droit à un doublage d’époque agréable, même si l’on préfère naturellement la version originale, moins artificielle et légèrement plus ample.

Virgile Dumez




Il n'y a pas encore d'avis pour cet article. Soyez le premier à proposer votre avis !

Votre avis