Les poètes sont encore vivants - la critique du film

Le 1er mars 2017

A travers des témoignages de poètes contemporains, se dessinent les contours d’un art qui fonctionne en vase clos. Les poètes sont vivants, mais leur pouls est un peu faible.

Galerie photos

Vos avis

  • 17 mars, par DRcine

    Je me permets de répondre à cette critique du blog « à voir, à lire », visant le film de Xavier Gayan, intitulé « Les poètes sont encore vivants ». Ayant vu le dvd du film, je ne comprends pas l’offensive portée par ce blog qui me semble ne pas être pertinent, mais d’une violence que j’ai du mal à comprendre. Pourquoi s’acharner avec autant de mépris pour un documentaire qui est largement supérieur à beaucoup de films commerciaux. Une dizaine d’attaques visant la qualité du documentaire mais également celle des auteurs dans un déferlement d’arguments hargneux, produisant une charge négative sur l’œuvre complète.

    Commencer en gros titre par des propos tels que : « A travers des témoignages de poètes contemporains, se dessinent les contours d’un art qui fonctionne en vase clos. Les poètes sont vivants, mais leur pouls est un peu faible. », qu’est-ce que ça veut dire !!! Une attaque aussi directe et méprisante que ça, mais l’auteur de cette critique n’a absolument rien compris du film, ni des poètes et par conséquent semble avoir mis sa sensibilité au placard.

    Pour commencer, je tiens à préciser pour ceux qui ont la mémoire courte, que la poésie n’a jamais été un marché de masse, et que ce n’est pas la question, mais bien au contraire son point fort, elle reste libre et donc insaisissable, peu d’artistes actuels peuvent s’en venter. Elle n’a aucun compte à rendre au marché ni au public, c’est un acte pur.

    Concernant les multiples attaques sur le poète performeur Charles Pennequin et les autres, là encore, il y a une incompréhension ou disons plutôt clairement que le blog est à côté de la plaque. Essayer de démontrer, d’identifier que les auteurs chargent leurs textes d’une fonction thérapeutique, cela sert à quoi ? Thérapeutique ou pas, n’est pas la question, il s’agit de visionner un film qui fait témoignage sur la poésie contemporaine.

    La poésie n’a pas à répondre à une demande, à satisfaire un public et encore moins à répondre à ce qu’on appelle le goût ou la tendance. Par rapport à l’aspect dit : « monotone », qui est évoqué en dernier paragraphe, je ne suis pas d’accord avec ce qualificatif un peu réducteur. Le rythme du film n’impose rien au spectateur comme c’est le cas dans la plupart des films commerciaux.

    En effet, j’ai le sentiment profond que Xavier Gayan laisse le spectateur entrer dans l’univers des personnages, il n’y a pas d’artifice, ni de procédé filmique, simplement une recherche de vérité qui n’est peut-être pas au goût de l’époque mais pour moi une œuvre authentique. Je pense également qu’il y a un public qui cherche cette sincérité difficile à trouver dans le paysage du documentaire contemporain.

    Il faut savoir qu’il n’y a aucune voie-off, pas d’artifice auquel se raccrocher, nous sommes invités dans différents univers avec autant de richesses différentes les unes que les autres. Il serait vraiment dommage, de priver un public de ce film, à cause d’une critique déplorable qui n’a pas su apprécié l’œuvre par manque de sensibilité ou par positionnement politique. En tous cas, pour ma part, c’est un bon film à découvrir, que chacun se fasse sa propre opinion.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?