Mondwest - la critique

Yul Brynner fait sa guerre des boulons

Le 21 juillet 2011

Cette première réalisation de Michael Crichton marque davantage par sa vision d’une société entièrement tournée vers les loisirs que par sa réalisation, trop timorée.

Galerie Photos

Le choix du rédacteur

Vos avis

  • , par JIPI

    Impressionnante image que cette caricature de l’Ouest câblée de la tête aux pieds, toute de noire vêtue étrangement semblable à l’un des sept magnifiques se libérant soudainement de tout contrôle par une procédure passant du pas déterminé à l’allure forcenée dans une traque ou la proie convoitée n’à pratiquement aucune chance d’en réchapper.

    Des machines supposées sans âmes passent subitement du néant à la perception. L’état corvéable n’est plus accepté, la détermination meurtrière remplace une soumission programmée. La robotisation docile laisse sa place à une électronique interne soudainement indépendante en révolte contre ses concepteurs.

    La créature préalablement soumise aux directives d’un programme s’autodétermine en révélant sans sommations une puissance implacable.

    Ce que l’homme a conçu se retourne contre lui.

    « Mondwest » représente avant tout la frustration de ne pouvoir assouvir une domination dans un monde réel contraignant.

    Certains refoulés comblent ce manque dans les attraits d’un parc d’attraction thématique ou des éléments virtuels détonateurs de conflits sont planifiés pour tomber sans résister.

    Un monde faux mais sécurisant temporairement des revanchards en manque de prosternés.

    Des que les rôles s’inversent, l’homme ne vaut plus rien. Il court comme un lapin. Une robotique désalliénée transforme des circuits dociles en prédateur impitoyable imposant un regard scintillant.

    Une endurance perpétuelle et une peur inconnue traquant un pourchassé baigné de sueurs et d’incertitudes devant une architecture lassée de subir.

    Les robots de Mondwest par l’intermédiaire d’une révolte soudaine testent l’extrémité inverse d’une soumission. La découverte d’une autonomie ne déclenche qu’une envie de tuer occasionnée par un rapport de forces devenu intolérable.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?