Accueil > Les réalisateurs > B > Bondy, Luc > Ne fais pas ça !

Ne fais pas ça !

Scène de ménages

Acheter sur Priceminister

- Durée : 1h30mn

L’argument : Deux couples, deux générations, quatre souffrances. Victime de la jalousie violente de Joël, Nicole se réfugie avec son petit garçon chez ses parents, Francis et Edith. La relation de ces derniers n’est pas non plus sans fêlure, Edith ayant trompé Francis, mais tous deux, quelque peu résignés, gèrent en silence leurs difficultés. La rupture brutale du jeune couple va mettre à mal les apparentes concessions du tandem plus âgé.

Notre avis : Un couple n’est rien d’autre qu’une cohabitation plus ou moins aisée selon que les désirs et les mots sont partagés. Certains s’accommodent du système de concession qui garantit la pérennité d’une relation ; d’autres réagissent avec plus ou moins de violence, quitte à mettre en péril l’union. Tel est l’enjeu de Ne fais pas ça !, à savoir illustrer la palette des possibles face à la gestion au quotidien des difficultés de la vie à deux.
Ces histoires de couple se télescopent pour d’autant mieux témoigner de la complexité d’un schéma en apparence terriblement banal. En ressort une dramaturgie convaincante, nourrie d’une violence sourde et de questions sans fin. Ne fais pas ça ! est-ce ne pas quitter l’autre ou ne pas s’accoutumer à la souffrance ? Est-ce ne pas le tromper ou ne pas se contenter du non-dit ?
Le film est né d’une rencontre entre Philippe Djian et Luc Bondy. Le scénario écrit à deux mains reflète autant l’ironie désenchantée du monde de l’écrivain que l’analyse très théâtrale des personnages par l’homme de scène. In fine, les héros évoluent au fil des événements, une gradation qui s’illustre au gré de décors à la portée symbolique forte, comme cette maison de verre perdue en forêt ou la cour ensoleillée d’un hôpital, mais également selon une gestuelle aussi cadrée que sur une scène de théâtre.
Toujours aussi sublime, Nicole Garcia offre à ce rôle la dose de mystère nécessaire face à Miki Manojlovic qui lui oppose une stature tout aussi tourmentée. Seul regret, Natacha Régnier ne semble pas avoir trouvé sa place dans cette dramaturgie en dépit de son habituelle finesse. Dans tous les cas, la démesure comme le silence stimulent les questions sans fin posées par ce film qui en déstabilisera plus d’un. Vivre en couple, n’est-ce pas en effet s’habituer à marcher "avec une chaussure qui n’est pas à sa taille"... au risque d’un talon cassé ?

Nicole Maion




Il n'y a pas encore d'avis pour cet article. Soyez le premier à proposer votre avis !

Votre avis