Robots - la critique

Concept rouillé

Le 14 janvier 2010

Un brouillon de Pixar, une ébauche de film. Cette production a tout de la vieille tôle recyclée. A la casse !

Vos avis

  • , par inter-note

    Art de l’enfance

    Deux ou trois bons gags, du rythme, la transposition amusante d’enjeux humains dans une société d’êtres mécaniques et une animation soignée, voila pour les qualités. Côté défauts, une intrigue téléphonée et un sous texte mièvre. Bilan, un film pour enfants du niveau de Toy.
    Il y a dix ans, tout le monde aurait crié au génie devant Robots. Mais voila, nous ne sommes plus il y a dix ans. Aujourd’hui, nous attendons de la 3D deux niveaux de lecture, un pour les enfants et un pour les adultes. Pixar et Spielberg, les deux studios qui avaient fait de la 3D leur pré carré, tendent vers ce double niveau de lecture. Pixar passant d’intrigues naïves (Toy, 1001 pattes, Toy2, Monsters & cie) à un Indestructibles (2004) jouant sur des publics de deux tranches d’âge. Spielberg passant d’un Fourmiz à un Shrek (2001) nettement plus corrosif et irrévérencieux.
    La Fox réussit néanmoins la passe de deux (104 millions $ avec Robots), aprés l’hilarant Ice Age. Le studio est maintenant un challenger crédible pour Spielberg et Pixar.

  • , par flam

    Eh bien moi, je ne suis pas d’accord avec la critique de Robots.
    Effectivement l’histoire est mièvre, comme souvent les films pour enfants vus par des adultes.
    Car n’oublions pas qu’un film pour enfants doit d’abord plaire à des enfants... et que leur regard n’est pas du tout le nôtre.
    Alors moi qui suis en retard de deux siècles sur les films qui sortent, moi qui vais essentiellement au ciné pour faire rêver mes gosses, je l’ai aimé, ce film, j’ai trouvé émouvant tous ces boulons, tous ces morceaux de tôle, cette ingéniosité faite de bric et de brac.
    Plus loin que cela, Robots m’a fait penser à tout ce qu’on a perdu aujourd’hui à cause d’un progrès de plus en plus exigeant, cruel, à cet effet de jamais assez, de toujours mieux, toujours plus, jamais assez vrai...
    Deviendrions-nous par trop gâtés ?
    Ce film véhicule une jolie morale... je trouve... surtout quand on voit que les enfants sont hélas déjà blasés dès l’âge de huit ou neuf ans.
    Y aurait-il moyen qu’il retrouvent le plaisir de jouer avec un simple carton, de la ficelle, des cuillers, des boulons, du café, des boutons dépareillés ?
    Faut-il vraiment que la technologie de pointe leur devienne à ce point indispensable qu’ils ne sachent plus s’ennuyer avec trois fois rien ?

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?