Accueil > Les réalisateurs > J > Jacquot, Benoît > Les adieux à la reine - la critique > Avis de Frédéric de Vençay

Les adieux à la reine - la critique

Crépuscule à la cour du Roi soleil

Note moyenne des internautes :

L'avis de Frédéric de Vençay

Bien que s’attaquant à un grand sujet historique, Benoît Jacquot reste fidèle à son cinéma nerveux, viscéral et sensuel. Loin de la vision pop-chic de Sofia Coppola, il nous rend cette époque versaillaise avec un réalisme saisissant : rarement les ors de la galerie des glaces ou la lourdeur des perruques auront été aussi palpables. Préférant les battements intimes aux avancées politiques, bref le coeur à la raison, Jacquot nous dresse ici un éblouissant portrait de femme(s), servi par des comédiennes impeccablement dirigées (notamment Diane Kruger, actrice plutôt moyenne qui est ici parfaitement convaincante et émouvante). Quasiment rien à redire de ce "crépuscule des rois" exhalant la pourriture et la maladie, que ne renierait pas Visconti (aussi bien celui du "Guépard" que de "Mort à Venise") - n’était, effectivement, ce dénouement un peu rapide.