Accueil > Les réalisateurs > H > Hughes, John > Un ticket pour deux - la critique

Un ticket pour deux - la critique

Very bad trip

Acheter sur Priceminister

- Durée : 1h33mn
- Titre original : Planes, Trains & Automobiles
- Année de production : 1987

Road-movie d’une belle efficacité grâce à un duo d’acteurs remarquable, Un ticket pour deux mêle des gags fort drôles à des scènes plus sérieuses sans tomber dans la mièvrerie.

L’argument : Le seul désir de Neal Page, c’est de rentrer à temps chez lui pour fêter Thanksgiving. Mais son avion étant annulé pour cause de mauvais temps, il doit se rabattre sur d’autres moyens de transport. Ce qui ne serait pas un problème en soi, s’il ne devait également s’accomoder de la compagnie de Del Griffith, un vendeur ambulant bavard qui ne veut plus le lâcher...

Notre avis : Durant la première partie des années 80, le cinéaste John Hugues s’est spécialisé dans la comédie adolescente, genre où il excellait. Il a ainsi signé quelques grands classiques comme Seize bougies pour Sam (1983) et surtout les cultissimes Breakfast club (1985) et La folle journée de Ferris Bueller (1986). Cherchant sans doute à s’évader d’un genre qui a fait sa renommée internationale, le cinéaste s’oriente en 1987 vers le road-movie avec Un ticket pour deux dont il écrit le scénario en trois jours. Il réussit à s’adjoindre les services du comique Steve Martin, alors en pleine gloire, et lui donne comme partenaire John Candy, jusqu’alors plutôt cantonné dans les seconds rôles. Aussitôt, l’alchimie fonctionne parfaitement entre les deux comédiens qui incarnent ici une version moderne de Laurel et Hardy.
Fondé sur un canevas très classique, ce road-movie qui associe deux personnages totalement opposés n’étonne jamais puisqu’il suit un chemin très balisé. Toutefois, le nombre conséquent de gags très drôles (les crises d’hystérie de Steve Martin face aux gaffes de Candy sont irrésistibles), la symbiose totale entre les deux comédiens, la vitalité de la réalisation et l’émotion dégagée par la musique synthétique typique des années 80 font d’Un ticket pour deux un spectacle familial très recommandable. De plus, l’auteur parvient à faire passer un joli message de tolérance sans jamais tomber dans la mièvrerie. Le personnage incarné avec plein de nuances par John Candy (ici dans son meilleur rôle) finit par toucher le spectateur et par emporter l’adhésion, malgré nos réticences initiales.
Si le film a acquis une réputation flatteuse de film culte aux Etats-Unis (où il a rapporté presque 50 millions de dollars lors de sa sortie, ce qui en fait un joli succès), il n’en est rien en France où sa sortie fut un véritable échec commercial. Le sujet, sans doute trop américain, n’a pas su convaincre le public français à une époque où la crise du cinéma frappait l’hexagone. Aujourd’hui, Un ticket pour deux a pourtant gardé son charme et demeure une comédie fort agréable à suivre.

La bande-annonce : ICI

Virgile Dumez




Biographie

Mort de John Hugues, le créateur de Maman j’ai raté l’avion

La comédie adolescente américaine est en deuil. John Hugues, le père de Ferris Bueller est mort prématurément à l’âge de 59 ans.

Lire la suite

Les avis des internautes

Votre avis