Critique

CINÉMA

Au revoir l’été - la critique du film

Le 15 décembre 2014

Entre hésitations de la jeunesse et errances amoureuses, Au revoir l’été évoque avec poésie ces moments de transition qui amènent à la remise en question de soi. Un film doux et plaisant comme les derniers rayons de l’été.

Galerie Photos

  • Claude Rieffel 11 janvier 2015
    Au revoir l’été - la critique du film

    Dans cette radieuse comédie météorologique gravement frivole, Kôji Fukasa assume ses références à Rohmer (les films de bord de mer surtout) et Hong Sang Soo, ou encore Naruse et Ozu (On pense aussi à Shimizu, notamment lors de la séquence de l’étang). Mais, loin de peser sur lui, ces influences revendiquées nourissent ce film léger qui réussit, avec une douceur qui n’exclut pas la crudité (ni la cruauté), à articuler beaucoup de choses du jeu amoureux mais aussi de l’état du monde et de la place qu’y occupe chacun. Il trouve la juste note musicale pour alier l’explicite à la délicatesse du trait et rendre très attachants tous ses personnages. Un antidote précieux à la vaine surenchère esthétisante et aux stratégies d’intimidation que déploient tant de faux chef-d’œuvres autoproclamés.

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?