Critique

CINÉMA

Don’t come knocking

La nostalgie du malheur

Le 26 mars 2008

Wenders s’empêtre dans le registre qui a fait sa renommée. On reste perplexe.

  • al101fr 9 février 2007
    Don’t come knocking

    Le film commence sans que je sache ce que je vais voir et les premières images sont éclatantes de contaste, de netteté, loin de ces ambiances glauques tellement frèquentes aujourd’hui. Les personnages apparaissent en relief sur un décor de chromos plus vrai que la vie. En quelques minutes, je pense à Wim Wenders qui aurait pris des vitamines. J’ai envie de suivre Sam Shepard sans trop m’impliquer mais je suis déjà pris. Tellement de présence des early seventies, un hommage sans doute. Cette serveuse entièrement refaite ressemble bien à Jessica Lange, le sourire est resté le même. Un aut sur internet pour vérifier : oui pour wenders, oui pour Lange... Pas passionnant mais tellement bien foutu techniquement... et la bande son est intéressante. J’y retourne évidemment. Bon film à vous aussi.

Votre avis

Votre note :
2 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?