Jean-Patrick Géraud

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

32 films notés

36 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Somewhere - la critique

Somewhere constitue sans doute un point limite. La thématique du "rien", qui a fait la gloire de Sofia Coppola, peine ici à retrouver l’éclat de ses précédents films. Et pourtant, Somewhere ne déçoit pas. Drôle, subtil dans l’évocation du rapport père / fille, il confirme la singularité de Sofia Coppola dans le paysage cinématographique actuel. Une singularité précieuse, et qui n’en finit pas de redonner au terme "poésie" toute sa portée.

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

My own private Idaho - la critique

Sous l’influence de Shakespeare, Gus Van Sant réalise un drame expérimental et flamboyant sur l’adolescence.

Le casse de Central Park - la critique

Excellente surprise que ce blockbuster qui parvient à nous tenir en haleine d’un bout à l’autre, grâce à un scénario et des acteurs décapants.

Miss Bala - la critique

Une dénonciation percutante des réalités du narcotrafic.

L’amour dure trois ans - la critique

Pour sa première réalisation, Frédéric Beigbeder signe une comédie assez fidèle à l’esprit de son livre, non dénuée d’humour, d’inventivité et de fantaisie, mais qui s’empêtre parfois dans le mauvais goût racoleur

Les Schtroumpfs - la critique du film

Peu fidèle à l’esprit de la bande dessinée dont il s’inspire, ce divertissement enfantin peinera à séduire les adultes, mais s’en tire grâce à la performance burlesque de Hank Azaria.

La sériephilie, sociologie d’un attachement culturel

Un ouvrage synthétique et éclairant.

Adieu camarades - la critique + le test DVD

Grandeur et décadence du système soviétique à travers ce documentaire ludique, passionnant, et qui demeure instructif malgré un recours à la fiction parfois discutable