Critique

CINÉMA

L’énigme de Kaspar Hauser - la critique

Kaspar, l’ingénuité de Dieu

Le 15 novembre 2010

Avec cette fable initiatique et poétique, Werner Herzog déifie le droit à la différence. Alors que sa complicité fructueuse et tumultueuse avec Klaus Kinski n’est pas encore entamée, il atteint déjà la grâce divine...

Galerie photos

  • JIPI 11 mai 2012
    L’énigme de Kaspar Hauser - la critique

    Je suis venu, calme orphelin, Riche de mes seuls yeux tranquilles, Vers les hommes des grandes villes : Ils ne m’ont pas trouvé malin. A vingt ans un trouble nouveau Sous le nom d’amoureuses flammes, M’a fait trouver belles les femmes : Elles ne m’ont pas trouvé beau. Bien que sans patrie et sans roi Et très brave ne l’étant guère, J’ai voulu mourir à la guerre : La mort n’a pas voulu de moi. Suis-je né trop tôt ou trop tard ? Qu’est-ce que je fais en ce monde ? Ô vous tous, ma peine est profonde : Priez pour le pauvre Gaspar !.

    Ces vers de Paul Verlaine écrits en 1873 sont destinés à un être mystérieux, hirsute, grimaçant, au sommeil lourd. Tenant à peine sur ses jambes.

    Son infirmité est lourde traînée par des mains anonymes dans une nature verdoyante ondulant au rythme des vents.

    Gaspar Hauser âgé d’environ seize ans et découvert au mois de Mai 1828 bras gauche tendu tel une statue de pierre au milieu d’une place sous les regards inquiets d’autochtones découvrant une telle posture. Il porte une lettre destinée à un capitaine de cavalerie et ne prononce qu’une seule phrase apprise par cœur :

    « J’aimerais devenir un combattant comme le fût mon père."

    Recueilli par la collectivité Gaspar montre une ignorance inégalée, il ne sait ni lire ni écrire, recrache ce qu’il mange, n’offre qu’un regard fixe envers ses protecteurs.

    Un intérêt pour les bases de l’existence et néanmoins découvert, Gaspar nourrit patiemment un oiseau. Le contact de la chaleur et la douceur de la main d’un bébé déclenche des larmes. Ce jeune homme a des sens.

    Les progrès sont fulgurants, il apprend le mécanisme de la nature, la musique, les sons, la parole mais le destin veille entretenant un mystère contrariant un mécanisme interne évolutif.

    Werner Herzog habille ses œuvres d’échecs, Fitzcarraldo, Aguirre et Gaspar sont anéantis par des destins contradictoires programmés afin d’obstruer des mécanismes d’énergies, un genre de grandeur négative ou les oppositions sont des affirmations antinomiques.

    Gaspar ne se délecte provisoirement que de cette seconde naissance intellectuelle offerte par des mots captés et renvoyés. L’encadrement est doux, patient envers cette entité à façonner, pourtant toutes ces sollicitudes sont vouées à ne pas réussir.

    Ce curieux personnage emporte son parcours que l’on peut définir afin d’épiloguer sur un sujet bien mystérieux comme un bâtard le fruit d’un amour adultère escamoté à la naissance, un masque de fer gênant qu’il ne faut surtout pas faire grandir intellectuellement.

    Ce n’est qu’une suggestion pour conserver la maîtrise d’un dénouement que Gaspar privé du potentiel d’une intuition divine ne peut fournir faute de temps. Le mystère Gaspar Hauser reste entier pour l’éternité.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?