Le feu follet - la critique du film

Lettres et le néant

Le 13 juin 2016

Œuvre de la radicalité, aussi bien esthétique que thématique, Le feu follet nous plonge dans les affres d’une dépression ontologique à la suite de Maurice Ronet qui trouve ici son plus grand rôle. Un chef d’œuvre qui allie à la perfection cinéma et littérature.

Galerie Photos

Le choix du rédacteur

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?