Critique

CINÉMA

Restless - la critique

Gus Van Sant romanesque

Le 21 septembre 2011

Une agréable romance sur le thème de la mort, mineure dans la filmographie de Van Sant, dont on retrouve toutefois la griffe au détour de belles séquences oniriques.

Galerie photos

spip-bandeau
  • Jujulcactus 21 septembre 2011
    Restless - la critique

    « Restless » parle d’amour, « Restless » parle de mort ... Un sujet grave avec un poids plume, voilà ce que semble avoir voulu réaliser Gus Van Sant avec son dernier film, une romance adolescente hantée par les fantômes et la poésie. Une sensibilité à fleur de peau émane de l’écran, une mise en scène léchée, un sens de l’esthétique singulier, le film est d’une beauté sans nom à l’instar de son affiche. Trop beau peut être pour être vrai, Gus Van Sant propose sa poésie sans discernement, dans ses décors, dans ses dialogues, dans ses personnages... Mais sous ses artifices typiques d’un cinéma indépendant parfois nombriliste se cache un film magnifique. Si on parle de mort, d’accident ou de maladie, on ne tombe jamais du petit nuage sur lequel le réalisateur nous a installé ... Le regard doux et lumineux qu’il pose sur ses deux adolescents est touchant, sa manière de nous rappeler à plusieurs reprises une fin qui s’annonce tragique, subtile et terrible. Les deux jeunes interprètes sont prodigieux, Henry Hopper et surtout Mia Wasikowska, douce et pétillante. Le film atteint des sommets dans son dernier tiers, sa sincérité et sa grâce virevoltent pour aller nous toucher en plein cœur. Le côté épuré et commun de « Restless » est un leurre, car sous ses airs de « film mineur », il impose sa subtile émotion en mode majeur. Brillant et bouleversant.

Votre avis

Votre note :
2 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?