Critique

CINÉMA

Tess - la critique

Le 3 septembre 2013

Roman-somme et pastorale victorienne dévoyée, le Tess d’Urberville de Thomas Hardy est aussi une super-production de 1979, menée cœur et œil battant par le meilleur Polanski de l’Histoire, tout juste sorti de Chinatown et du Locataire. Éloge de la restauration et couronnement de Nastassja Kinski :

Galerie Photos

  • Frédéric Mignard 10 décembre 2012
    Tess - la critique

    Un film quasi spectral, ode aux toiles de Millet, alors que gronde en fond la révolution industrielle britannique.
    La retranscription de l’oeuvre tragique de Thomas Hardy, à un train près (qui n’est pas dans le bouquin !), est d’une fidélité éblouissante, toute la dramaturgie et la poésie du romancier poète est au rendez-vous. Quant à Nastassia Kinski et son éclatante beauté, on reste évidemment amoureux face à une telle divinité !

Votre avis

Votre note :
3 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?