Critique

CINÉMA

Un poison violent - la critique

Lio et Galabru entrent en religion

Le 19 juillet 2018

Récit d’une éducation sentimentale et religieuse dans un contexte de cellule familiale en crise, cette première œuvre sensible a obtenu le Prix Jean Vigo 2010.

Galerie photos

© Sophie Dulac Distribution
Sophie Dulac Distribution
Sophie Dulac Distribution
spip-bandeau
  • Jujulcactus 21 août 2010
    Un poison violent - la critique

    « Un poison violent » n’a véritablement de violent que le nom, car le film fait preuve pendant 1h30 d’une incroyable molesse...Il qui traîte du dilemme entre la pratique religieuse et l’amour, mais n’arrive justement jamais à nous délivrer son message, que l’on tente bien de capter mais qui ne vient jamais jusqu’à nous ... En cause, une réalisation paresseuse, une mise en scène plate, un jeu d’acteur très moyen et assez répétitif malgré une distribution intéressante (la fille s’évanouïe, la mère pleure, la mère pleure, la fille s’évanouïe ...), les seconds rôles ne sont pas là pour relevé le niveau, Galabru en grand-père pervers ne fait qu’installer une sorte de malaise ... Pour son premier film Katell Quillévéré réalise là un film banal, sans personnalité, sans émotions, et surtout sans rythme, les scènes tirent en longueurs ... Et on trouve finalement ce qu’il y a de violent dans ce film : l’ennui ... A éviter !

Votre avis

Votre note :
2 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?