Au pays du sang et du miel - la critique

Le miel de la guerre.

Le 18 février 2012

Racoleur et lourdement didactique malgré de bonnes intentions, le premier film d’Angelina Jolie est un pamphlet caricatural contre la guerre, doublé d’un éloge maladroit de l’interventionnisme made in USA

Galerie photos

Vos avis

  • , par michelbardin2000@yahoo.fr

    Considérer le film d’Angelina Jolie de racoleur et de pamphlétaire est tout simplement ignoble et indécent. Ce film nous rappelle certes notre mauvaise conscience devant notre refus d’aider un peuple en danger d’extinction entre 1992-95. Et cela nous gêne alors que "nous envoyions des colis pendant trois ans et demi ainsi que nos casques bleus".
    Chercher à partager les torts en Bosnie sous prétexte d’équité de traitement dans le film est tout simplement minable et indigne après autant de corps exhumés, des femmes violées, des personnes déplacées.
    Ce film, pourtant, n’exige pas de nous de nous auto-flageller pour avoir accepté le siège interminable de Sarajevo, pour avoir regardé sans agir les images des corps émaciés derrière les barbelés des camps de concentration, puis d’avoir passé en silence les viols en masse et la purification ethnique. Ce film nous demande de nous réveiller et de ne pas accepter ni un nouveau génocide, ni la création en Bosnie d’un état basé sur le génocide. Faut-il toujours attendre cent ans et une nouvelle élection pour interdire le déni d’un génocide ou il faut être lucide et rappeler sans cesse celui qui s’est déroulé devant nos yeux.
    Oui, hélas, l’opinion américaine nous a devancés sur ce coup-là. Désolé, mais le film est véridique à 100 % et le nier encore frôlerait la folie. Ce n’est pas en faisant l’autruche que nous bâtirons un monde meilleur.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?