L’avventura

La révolution d’Antonioni

Acheter sur Priceminister

- Durée : 2h17mn

Quand Antonioni inventait un nouveau langage cinématographique.

L’argument : Pendant la croisière d’un groupe de riches Italiens au large de la Sicile, une jeune femme disparaît. Partis à sa recherche, son fiancé et sa meilleure amie se sentent attirés l’un vers l’autre.

Notre avis : Quel tollé à Cannes ! Une bronca du public dont on se souviendra longtemps. C’est qu’Antonioni a cassé tous les codes. De ce scénario, un autre plus convenu que lui aurait fait un thriller psychologique. Mais le réalisateur italien se fiche totalement du mystère de la disparition d’Anna. C’est autre chose qu’il cherche à montrer. Il laisse donc se diluer l’histoire qui n’était qu’un prétexte scénaristique [1] pour personnifier l’absence - et qui lui a permis de tourner dans les magnifiques paysages désertiques des îles Eoliennes. Il se centre totalement sur ses personnages. Posant son œil sur eux, les fouillant, il surprend encore plus en ne cherchant en aucune manière à expliquer leurs comportements. Ce qu’il nous donne à voir et à ressentir, c’est l’invisible. Ce que l’on a nommé à l’époque d’un mot qui hélas colle à la peau d’Antonioni : "l’incommunicabilité". Pas vraiment faux, mais qui restreint considérablement son propos. Disons, pour être plus exact, qu’il cherche à surprendre les minuscules dérapages intimes, les entre-deux, les glissements, les failles et les flottements. Déroutant, bien sûr, pour le spectateur d’être confronté à ces instants fugaces que l’on pense par essence impossibles à capturer. Mais la vie est faite de cela, bien loin des clichés auxquels nous a habitués le cinéma. A y bien regarder, ne peut-on pas dire qu’Antonioni, en innovant de la sorte, a inventé une nouvelle forme de réalisme ?
Sans se démonter par l’accueil si violemment hostile du public, le jury de Cannes donnera sa chance à ce film en le couronnant d’un prix spécial pour la beauté de ses images et sa recherche d’un nouveau langage cinématographique [2]. Il fera une carrière internationale exemplaire et il est toujours cité dans les meilleurs films de tous les temps, derrière l’indétrônable Citizen Kane.
Quarante-quatre ans après sa première projection et des dizaines de savants commentaires (Deleuze, Lacan, etc.), L’avventura reste déstabilisant pour certains, frustrant pour d’autres. Il s’agit en tout cas d’une œuvre singulière et ouverte à un vaste champ d’interprétations, une véritable expérience cinématographique illuminée par la présence de Monica Vitti irradiant de sensualité. Antonioni avait trouvé sa muse. Dans la foulée, il tournera avec elle La nuit et L’éclipse qui composeront avec L’avventura ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui sa trilogie. Celle d’un désert moral, fait d’égoïsme et de manque de sincérité, dans lequel la poursuite du bonheur ne peut-être que totalement vaine.

Le DVD

Les suppléments : Une belle galette de suppléments, à commencer par une présentation de 45 minutes dans laquelle Olivier Assayas décortique les scènes-clés du film pour nous montrer le tournant historique que représente L’avventura dans sa rupture avec le récit classique. Sa modernité radicale par la "perte du point de perspective" et la "disparition du sens" est judicieusement mise en parallèle avec les théories de l’absurde (Beckett, par exemple) qui régnaient au début des années 60. Entre métaphysique et humain, une belle démonstration d’un jeune cinéaste et cinéphile, qui explique sans masturbations intellectuelles pourquoi ce film le touche et pourquoi il lui est attaché. À ce lumineux exercice de compréhension viennent s’ajouter trois extraits de reportages d’époque. On peut y entendre Michelangelo Antonioni dire à Pierre Dumayet qu’il était alors obsédé par le décalage entre l’homme et le monde dans lequel il vit. Pour sa part, Monica Vitti souligne (dans une séquence signée de Guy Gérard et Michel Boujut) la liberté que lui laissait Antonioni en tant que directeur d’acteurs et raconte la genèse de L’avventura, une fugue qu’elle fit elle-même, un jour sur un île. Le disque de bonus se termine par la tonitruante bande annonce US du film, scandant le mot "érotisme" : éclat de rire assuré ! Un livret prestige sur les conditions de tournage vient compléter l’offre de ce collector particulièrement réussi, tout à fait digne de ce grand classique encore révolutionnaire plus de quarante ans après sa sortie.

La technique : Une copie remastérisée particulièrement soignée, fidèle à l’original, met en valeur le beau noir et blanc velouté d’Antonioni. Le son est impeccable.

Marianne Spozio

[1] Façon de parler un peu cavalière puisque le scénario de L’avventura est dû à la plus talentueuse des plumes cinématographiques italiennes, le grand et prolifique Tonino Guerra, co-auteur d’à peu près tous les films d’Antonioni mais aussi collaborateur du gratin du cinéma italien : Fellini, Rosi, De Sica, Monicelli, les frères Taviani, etc.

[2] La Palme d’or reviendra cette année-là à La dolce vita ce qui prouve, si besoin est, la vitalité du cinéma italien au début des années soixante





Biographie

Michelangelo Antonioni, révolutionnaire du langage

Le cinéaste italien vient de s’éteindre, mais son œuvre marquée par les thèmes de la solitude, de l’errance et de l’"incommunicabilité" restera.

Lire la suite

Il n'y a pas encore d'avis pour cet article. Soyez le premier à proposer votre avis !

Votre avis