Accueil > Les réalisateurs > F > Fillières, Hélène > Une histoire d’amour - la critique

Une histoire d’amour - la critique

A la vie, à l’amour, à la mort

Acheter sur Priceminister

Les vertiges de l’amour sado-masochiste vus de façon clinique par Hélène Fillières, l’actrice d’Aie que l’on avait connue plus fantaisiste. Une expérience aussi éprouvante qu’éreintante.

L’argument : Elle l’a rencontré un soir de printemps, elle est devenue sa maîtresse. Il lui a offert un revolver, elle une combinaison en latex. Imprudent, il lui a proposé un million de dollars. Insatiable, elle est venue lui rappeler ses promesses...

JPEG - 173.2 ko
© Fabrizio Maltese / Wild Bunch Distribution

Notre avis : D’Hélène Fillières, comédienne lunaire et décalée, qui nous avait enchantés par son jeu extra-terrestre dans Aie de Sophie Fillière, Reines d’un jour de Marion Vernoux ou Un homme un vrai d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu, on s’attendait davantage à une première réalisation sur les traces de Valérie Donzelli. L’univers ouvertement ahuri de La reine des pommes lui serait allé comme un gant. Curieusement la comédienne devenue réalisatrice ne s’intéresse pas à des personnages doux-dingues qui la définissaient jusqu’alors, mais plutôt à des fous hardcore qu’elle met en scène dans un univers étrange de papier glacé, celui du luxe d’un patron du CAC 40 totalement sado-maso, avec une image d’une élégance perpétuelle, caractérisée par une très grande recherche visuelle qui crée un effet de distanciation constant avec le spectateur. Les bonnes intentions évidentes sont totalement plombées par des plans trop élaborés, des décors en ligne de fuite où la géométrie abyssale d’une décoration intérieure épurée tend à fatiguer le spectateur. Le cadre est vertigineux et provoque, à l’instar de Parc d’Arnaud des Pallieres, un rejet progressif, alors que les personnages d’Une Histoire d’amour se définissent peu à peu dans une violence verbale, physique et psychologique extrême.

JPEG - 229.5 ko
© Fabrizio Maltese / Wild Bunch Distribution

Benoît Poelvoorde et Laetitia Casta ont beau être tous deux profondément investis dans leurs rôles, l’intensité de leurs personnages provoque un rejet irréversible. Tous deux froids comme la mort sont prisonniers de leurs névroses extrêmes et ne semblent plus animés par la moindre étincelle de vie. L’intrigue n’est qu’une suite de rencontres furtives dans la demeure tombale du fameux gourou de l’économie où l’exercice d’autodestruction est en marche ; elle n’est que rarement étoffée par des personnages secondaires et des scènes en extérieur, puisque le monde de ces deux tourtereaux de la soumission et de l’humiliation semble délimité par des remparts indestructibles qui resserrent ce bouillonnement de sentiments malsains qui fond d’Une histoire d’amour une oeuvre au mieux déstabilisante au pire difficilement fréquentable. A bon entendeur.

Notes :
- Le CNC a décidé que cette oeuvre austère et choquante pour un public jeune était autorisée "pour tous publics accompagné de l’avertissement suivant : "plusieurs scènes sado-masochistes sont susceptibles de heurter un public jeune". On croit rêver ! Difficilement de prendre au sérieux les avis de cette commission alors qu’une interdiction aux moins de 16 ans aurait été tout judicieusement appropriée, d’autant que le film ne s’adresse jamais à un public jeune et adolescent.
- La musique a été composée par Etienne Daho qui a retranscrit à grand renfort de nappes de synthé l’univers onirique voulu par la réalisatrice. Hélène Fillières désirait qu’il se base sur la chanson L’adorer. Le chanteur a également pris la direction empruntée par Mythomane et Les Liens d’Eros pour sustenter le climat d’étrangeté.
- Une histoire d’amour est l’adaptation du roman Sévère de Régis Jauffret, publié aux Edition du Seuil. L’auteur déclare au sujet du travail de la réalisatice : " Hélène Fillières a habité mon livre. Elle l’a oublié pour écrire le scénario. C’est le plus grand hommage qu’elle pouvait rendre à mon roman."

Frédéric Mignard

Le choix du rédacteur

UV

Affiche 2 étoiles




Il n'y a pas encore d'avis pour cet article. Soyez le premier à proposer votre avis !

Votre avis