Accueil > Les réalisateurs > W > Winterbottom, Michael

Winterbottom, Michael

Ses films

24 hour party people

Autopsie de la New Wave à travers l’épopée du label Factory. Brouillon, excentrique, sympathique.
>> Lire l'article

9 songs

Neuf chansons pour une histoire d’amour classée X. Aimer est plus fort que d’être censuré.
>> Lire l'article

Fucking songs
A propos de "9 songs"

Les bonnes raisons d’aller voir ce film.
>> Lire l'article

The road to Guantanamo

Un documentaire percutant qui risque d’exacerber un peu plus les passions anti-américaines.
>> Lire l'article

Tournage dans un jardin anglais

Une adaptation du roman inadaptable, peut-être déconcertante mais surtout loufoque, brillante et jubilatoire.
>> Lire l'article

Un coeur invaincu

Par trop démonstratif, Michael Winterbottom échoue dans ses ambitions et peine à imposer sa stimulante singularité dans ce (...)
>> Lire l'article

Un été italien (Genova) - la critique

Winterbottom exporte l’épreuve du deuil d’un père et de ses deux filles dans le contexte ensoleillé de Gènes. Il en tire un drame (...)
  • Réalisateur : Winterbottom, Michael
  • Acteurs : Catherine Keener, Colin Firth, Hope Davis, Willa Holland
  • Genre : Drame
  • Date de sortie : 15 avril 2009
>> Lire l'article

Un été italien (Genova) - le test DVD

Une très belle œuvre pourtant passée inaperçue en salles, qui trouve toute sa légitimité en DVD, même si l’on peut déplorer (...)
>> Lire l'article

La stratégie du choc : la crise du capitalisme ?

Michael Winterbottom livre en images sa version du livre de Naomi Klein sur la domination mondiale du capitalisme. Considérations intempestives (...)
>> Lire l'article

La stratégie du choc - la critique

Un documentaire engagé qui retranscrit avec de nombreuses images d’archives les théories anti-libérales de Naomie Klein. Forcément partial (...)
>> Lire l'article


Les avis des internautes

 

Pas son genre - la critique du film

Par patlechat

DE L’AMOUR ET DU HASARD... Lucas Belvaux nous invite à une autopsie du sentiment amoureux. Qu’y-a-t-il de commun entre Clément, un prof de philo "exilé à Arras" et Jennifer, une coiffeuse qui élève son enfant seul ? Rien ou pas grand chose : personne ne mettrait un seul kopeck sur ce couple. Pourtant, l’on s’attache à ces deux personnages parce qu’ils nous révèlent le sentiment amoureux au prise avec les distances culturelles, le besoin d’admirer, de fusionner avec l’univers de l’autre, de partager ses différences et de se heurter à (...)

>> Lire la suite