Accueil > Les réalisateurs > W > Winterbottom, Michael

Winterbottom, Michael

Ses films

24 hour party people

Autopsie de la New Wave à travers l’épopée du label Factory. Brouillon, excentrique, sympathique.
>> Lire l'article

9 songs

Neuf chansons pour une histoire d’amour classée X. Aimer est plus fort que d’être censuré.
>> Lire l'article

Fucking songs
A propos de "9 songs"

Les bonnes raisons d’aller voir ce film.
>> Lire l'article

The road to Guantanamo

Un documentaire percutant qui risque d’exacerber un peu plus les passions anti-américaines.
>> Lire l'article

Tournage dans un jardin anglais

Une adaptation du roman inadaptable, peut-être déconcertante mais surtout loufoque, brillante et jubilatoire.
>> Lire l'article

Un coeur invaincu

Par trop démonstratif, Michael Winterbottom échoue dans ses ambitions et peine à imposer sa stimulante singularité dans ce (...)
>> Lire l'article

Un été italien (Genova) - la critique

Winterbottom exporte l’épreuve du deuil d’un père et de ses deux filles dans le contexte ensoleillé de Gènes. Il en tire un drame (...)
  • Réalisateur : Winterbottom, Michael
  • Acteurs : Catherine Keener, Colin Firth, Hope Davis, Willa Holland
  • Genre : Drame
  • Date de sortie : 15 avril 2009
>> Lire l'article

Un été italien (Genova) - le test DVD

Une très belle œuvre pourtant passée inaperçue en salles, qui trouve toute sa légitimité en DVD, même si l’on peut déplorer (...)
>> Lire l'article

La stratégie du choc : la crise du capitalisme ?

Michael Winterbottom livre en images sa version du livre de Naomi Klein sur la domination mondiale du capitalisme. Considérations intempestives (...)
>> Lire l'article

La stratégie du choc - la critique

Un documentaire engagé qui retranscrit avec de nombreuses images d’archives les théories anti-libérales de Naomie Klein. Forcément partial (...)
>> Lire l'article


Les avis des internautes

 

Only lovers left alive - la critique du film

Par vanhzexen

Jim Jarmusch réalise une oeuvre fantomatique, poétique, intrigante, vaporeuse et en parfaite lévitation. Hommage à des oeuvres musicales ou littéraires, clin d’oeil volontaire (ou pas) à certains films de vampires. Il y a dans "Only Lovers Left Alive" de quoi abreuver les fans du réalisateurs. Il faut reconnaître qu’il y a quelque chose qui fonctionne assez naturellement et ce n’était pourtant pas (à mon niveau) une garantie.

>> Lire la suite

 

Le quai des brumes - la critique

Par Claude Rieffel

Parfait cas d’école de mise en oeuvre scrupuleuse de recettes pour aboutir à un parfait produit fini estampillé "chef-d’oeuvre" au stade de la conception même. Tout le monde fait la démonstration brillante de son savoir faire mais rien ne respire, tout sonne faux, fabriqué, caricatural, du début à la fin. Heureusement qu’en 1938 il y avait aussi Grémillon, Renoir, Ophuls ...

>> Lire la suite