La terre outragée - la critique

Rayon X

Le 23 mars 2012

Ce retour fictionnel sur la tragédie de Tchernobyl met en scène des personnages très incarnés dans un propos complexe, maniant parfois avec un peu de maladresse différents niveaux de lecture. Une réflexion importante sur une blessure de la modernité.

Galerie Photos

Vos avis

  • , par Frédéric de Vençay

    Michale Boganim tenait là un sujet passionnant, d’une actualité brûlante et d’une portée humaniste inestimable. Après un début saisissant, porté par des héros de l’ordinaire (le physicien) et des martyrs dérisoires (le mari), au milieu du silence coupable des autorités communistes, "La Terre outragée" flanche un peu dans sa deuxième partie. La réalisatrice manie trop de sujets à la fois, en effet, et se perd souvent dans les méandres d’un scénario trop alambiqué. Bien malgré nous et à notre grand regret, l’ennui nous gagne face à un récit qui aurait gagné en force s’il avait été plus resserré. Reste l’image inoubliable de l’actuelle Pripiat, ville fantôme abandonnée à la neige et aux saltimbanques, symbole d’une région du monde purement et absurdement sacrifiée.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?