Polisse - La critique

Brigade de protection des mineurs

Le 19 novembre 2014

Prix du Jury à Cannes, ce récit du quotidien de policiers a connu un franc succès sur la Croisette. Une œuvre percutante et efficace, bien servie par un casting impeccable.

- Festival de Cannes 2011 : Prix du Jury

- Césars 2012 : Meilleur espoir féminin pour Naidra Ayadi - Meilleur montage

L’argument : Le quotidien des policiers de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs), ce sont les gardes à vue de pédophiles, les arrestations de pickpockets mineurs mais aussi la pause déjeuner où l’on se raconte ses problèmes de couple ; ce sont les auditions de parents maltraitants, les dépositions des enfants, les dérives de la sexualité chez les adolescents, mais aussi la solidarité entre collègues et les fous rires incontrôlables dans les moments les plus impensables ; c’est savoir que le pire existe, et tenter de faire avec... Comment ces policiers parviennent-ils à trouver l’équilibre entre leurs vies privées et la réalité à laquelle ils sont confrontés tous les jours ? Fred, l’écorché du groupe, aura du mal à supporter le regard de Melissa, mandatée par le ministère de l’intérieur pour réaliser un livre de photos sur cette brigade.

Notre avis : Le personnage de Melissa, interprété par Maïwenn elle-même, est le double de l’actrice-réalisatrice qui a tenu à suivre un stage d’observation à la Brigade des mineurs : « J’étais comme une éponge pour m’imprégner au maximum de ce que je voyais. Même pendant les trois heures de pause-déjeuner, ou le soir, au moment de l’apéro, je ne les lâchais pas pour ne rien perdre de leurs discussions », affirme-t-elle. De cette étude ressort le réalisme documentaire du film, en particulier les séquences d’interrogatoire ou de descentes de police, directement inspirées de scènes authentiques, et qui alternent avec des passages plus intimistes et psychologiques. L’écriture et le montage sont donc les deux qualités premières de Polisse ; Le scénario, co-écrit par Emmanuelle Bercot, ne laisse que très peu de part à l’improvisation, contrairement à ce que pourraient laisser croire des scènes d’hystérie (la colère de la policière Nora face à un père intégriste) ou de désordre apparent (la profusion de propos à la cantine ou autour d’un verre) ; le montage s’assimile à un véritable travail architectural permettant l’organisation et l’enchevêtrement des trajectoires de personnages de film choral. Ceux-ci sont merveilleusement incarnés par une troupe d’acteurs impliqués et crédibles, à commencer par Karin Viard, Marina Foïs et Joey Starr dans le rôle de Fred, qui crève littéralement l’écran. Mais il faudrait tous les citer : Naidra Ayadi, Sandrine Kiberlain, Carole Franck ou Frédéric Pierrot atteignent l’intensité des seconds rôles de la grande époque, tandis que Nicolas Duvauchelle ou Jérémie Elkaïm endossent avec brio le costume du contre-emploi.


On pourra cependant objecter que Maïwenn innove peu, surtout après ces trois classiques que sont désormais Police (Maurice Pialat, 1985), L. 627 (Bertrand Tavernier, 1991) ou Le petit lieutenant, dont la cinéaste connaît sans doute tous les plans. Et la moindre séquence de Faits divers ou 10e chambre - Instants d’audience de Raymond Depardon alimentera davantage un « dossier de l’écran » sur les ministères de la justice et de l’intérieur tout en ayant un style plus singulier. En outre, Maïwenn n’évite ni les maladresses (la dispute entre Iris et Nadine), ni les zones d’ombre (la défenestration d’un personnage principal), ni cette fâcheuse tendance à appuyer le contraste entre les moments où l’on se doit d’être ému (la mère africaine SDF contrainte d’abandonner son fils) et ceux où l’on nous somme de rire (le téléphone portable de l’adolescente). Enfin, la romance entre Melissa et Fred, prévisible et convenue, affaiblit le rythme d’un récit déjà bien pourvu en intrigues. En dépit de ces réserves, Polisse est une œuvre percutante et efficace, qui a séduit Robert De Niro au point qu’il lui décerne le Prix du Jury, réservé au film outsider de la compétition officielle cannoise.

Galerie photos

Vos avis

  • , par Leganew

    Le film "Polisse" de Maïwenn, met en scène l’action d’une brigade de protection pour mineurs, en région parisienne (la BPM). Sujet sensible, l’intelligence du scénario et de la mise en scène, insuffle une certaine légèreté tout le long du film. On rit en effet, souvent, fasse à l’absurdité des dépositions et leurs absence de bon sens. Mais on réfléchi longtemps après... Car outre l’apparente distance que mettent les protagonistes de la Brigade, vis à vis des faits lourds qu’ils traitent, d’intimes implications se tissent entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Des implications insidieuses moins anodine qu’il n’y parait pour des Professionnels de "l’encaissement psychologique" et de la part d’humanité supportable. Karine Viard et Marina Foïs (magistrales) participent indéniablement à la modernité de ce polar urbain, où la vision féminine n’en reste pas moins terriblement sombre. C’est La clé du film. Merci de ne pas en dévoiler les ressorts, comme peut, malheureusement le faire, la critique ci-dessus... Il y a, en effet, quelques longueurs (notamment dans la boite de nuit ou encore la séparation de la mère et son enfant). Mais "Polisse" restera d’ores et déjà un Classique du cinéma Français. Mention à tous les acteurs du film. À voir en octobre !

  • , par Frédéric Mignard

    Souvent drôle, Polisse se perd un peu dans sa foule de personnages. On ne comprend pas trop où la cinéaste où veut aller et à la fin on se fâche carrément.
    Des qualités néanmoins dans la direction d’acteurs.

  • , par roger w

    Si l’on apprécie toujours autant la méthode employée par Maïwenn qui lui permet de tirer de ses acteurs le meilleur d’eux-mêmes, on est ici déçu que le film qu’elle nous propose ne soit pas plus structuré autour d’une intrigue fil rouge. Comme le film dure tout de même deux heures, on se retrouve rapidement à enchaîner les saynètes sans y voir un sens profond, d’autant que l’accumulation de situations sordides n’arrange pas l’affaire. Le constat est évidemment consternant, mais a au moins le mérite de plonger les doigts dans la merde de notre société sans faux-semblant. A noter une très bonne interprétation de Joey starr.

  • , par Jean-Patrick Géraud

    On avait beaucoup à redouter de Polisse : en fait, le film échappe facilement à la complaisance, notamment grâce au refus d’une intrigue "pathos" pour mieux interroger des "moments de vie". Si Maïwenn déçoit dans le rôle tout à fait accessoire de cette photographe dépêchée par le Ministère, en revanche le reste du casting est convaincant, avec notamment les belles prestations de Karin Viard, Sandrine Kiberlain et de l’ensemble des enfants. On frôle parfois le ridicule, le mauvais goût, l’envie d’attirer le tout public ; mais il faut rendre justice à l’énergie de l’ensemble et à son parti-pris "réaliste", toujours périlleux, et qui justifie amplement le succès remporté par l’oeuvre sur la Croisette et dans les salles.

  • , par JIPI

    Une réalité fiction assez instable sur un hexagone au plus mal, malmené par des concepts aussi sordides qu’ingérables dont les principales victimes sont comme bien souvent les enfants otages de parents intellectuellement démunis à la moindre absence d’encadrement.

    Notre Marianne s’éteint lentement embourbée dans ces tranches de vies aussi vulgaires que pitoyables combattues quotidiennement par une police au bord de l’implosion proche d’une société en miettes ne faisant que répéter les dysfonctionnements de ses composants les plus défavorisés.

    Une lutte éreintante entre des gardiens fissurés intérieurement par leurs visions d’un quotidien misérabiliste et violent s’étendant de plus en plus sur un territoire privé de providence.

    Une connexion intéressante sur une délinquance et un quart monde virulent dont il faut impérativement tamiser certaines images aussi euphoriques qu’excessives.

    L’opus s’avérant parfois plus transcendé que dénonciateur.

  • , par Pierre Vedral

    Le quotidien de la brigade des mineurs filmé à la limite du documentaire bouleverse au travers de protagonistes courageux et profondément humains, si les affaires indignent et choquent c’est pour mieux faire osciller le spectateur entre rires et larmes.

  • , par vanhzexen

    Le film de Maïwenn est une réussite, une claque, une bouleversante photographie de la réalité, un coup de point dans l’univers cinématographique !
    Cette jeune femme à un talent incroyable. Dans un cinéma français où le jeu des comédiens est souvent approximatif (hélas), nous avons ici une pléiade d’acteurs qui donnent tout. Les arguments, leur position sociale, la conviction, la rage, ... Une interprétation magistrale qui fait de "Polisse" un film proche du documentaire.
    Avec des moments déchirants qui donnent la réplique à des situations cocasses nous avons droit (en plus) à un scénario cohérent et intelligent.
    Et la réalisatrice n’est pas en reste concernant sa réalisation et son montage d’une extrême maitrise et qui ne laisse rien au hasard. Les regards, les sourires, la détresse, le désarroi, le bonheur... rien n’échappe à Maïwenn qui sait capturer la vie.
    "Polisse" me réconcilie avec le cinéma français. Il fait même plus que cela, il me rends fier à bien des niveaux !
    Merci Maïwenn.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?