The We and the I - la critique du dernier Michel Gondry

Bus stop

Le 27 février 2016

Tel un entomologiste, Michel Gondry observe des jeunes du Bronx durant un trajet de bus et livre une analyse pertinente sur les rapports ambigus entre l’individu et le groupe. Eclairant.

Galerie Photos

Vos avis

  • , par Frédéric de Vençay

    C’est sans doute l’un des films les plus intéressants et aboutis de Gondry, même si mon goût pour ses bricolages enfantins, souvent qualifiés (à tort) de superficiels, auront toujours ma préférence ("Eternal Sunshine", "Be kind rewind"...). Le réalisateur français orchestre une partie de ping-pong verbal d’un réalisme et d’une justesse sans faille, oscillant entre drôlerie, mélancolie et cruauté. Gondry fait ici la synthèse entre sa veine documentaire ("L’Epine dans le coeur") et son côté clippeur artisanal pour un résultat débordant de vitalité. Petit regret : que le virage final de son véhicule narratif soit un peu négocié à la truelle (le passage à l’âge adulte, accéléré par une nouvelle tragique), là où une poignée de dialogues avaient su, auparavant, dire toute l’immaturité et la détresse mêlées de l’adolescence.

  • , par Frédéric Mignard

    Une grande réussite qui arme les jeunes des quartiers défavorisés new-yorkais d’une gouaille infaillible. A bord de ce bus très urbain dans l’âme, qui reconduit cette jeunesse à domicile, les situations sont épiques et suscitent de nombreuses émotions contrastées. Entre documentaire et fiction, Gondry parvient à brouiller les pistes et à affiner son art...

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?