Alexandre Jourdain

PARIS

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

1 film noté

1 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Une vie - la critique du film

Bonjour Josiane, Si mes souvenirs sont exacts, il y a plusieurs poèmes récités par Jeanne pendant le film. L’un d’entre eux est extrait du poème "J’avais froid" de Marceline Desbordes-Valmore, un autre est tiré de "Le Dieu créateur" écrit par Guy de Maupassant lui-même. En substance : « Je t’aime comme un pauvre enfant Soumis au ciel quand le ciel change ; Je veux ce que tu veux, mon ange, Je rends les fleurs qu’on me défend. » in "J’avais froid" de Marceline Desbordes-Valmore « Car souvent, quand un jour se lève triste et gris Quand on ne voit partout que de sombres images, Un rayon de soleil glisse (...)

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Juste la fin du monde - Xavier Dolan - critique

Troublant de désinvolture, le nouveau Dolan fait poindre un spleen jamais sentimentaliste et infiniment romanesque. Autant d’étourdissements émotionnels portés à leur firmament.

Mia Madre - Nanni Moretti - critique

Avec Mia Madre, Moretti nous parle de sa mère et dessine une mise en abyme éclatante d’autodérision pour évoquer son cinéma. Joli instantané de ses doutes et de l’Italie d’aujourd’hui.

Happy End - Michael Haneke - critique

Sur le mode de l’autodérision, Michael Haneke nous ressert tous ses vieux leitmotivs dans un best-of satisfait et acrimonieux. Petit jeu de massacre en territoire bourgeois aussi réflexif que stérile.

The Square : Palme d’or à Cannes 2017 - la critique (contre)

Après le prometteur Snow Therapy, Ruben Östlund scrute l’indifférence du monde contemporain au travers d’un système de mises en abyme d’une tautologie prétentieuse et étouffante. Malgré quelque chose d’assez stimulant intellectuellement, le cinéaste se perd en chemin si bien que l’on en oublie le pourquoi de l’intrigue et du destin des protagonistes.

Faute d’amour - Andreï Zviaguintsev - critique

Zviaguintsev revient avec une tragédie sociale et politique tout en maîtrise, mais plombée en partie par sa monomanie et son refus obsessionnel du dénouement.

Twin Peaks, saison 3 (Cannes 2017) - la critique

Les espérances placées en cette troisième saison de Twin Peaks n’étaient pas vaines. David Lynch, à défaut de continuer le cinéma, et son complice Mark Frost épuisent leur sujet avec une maîtrise ahurissante. Réussite totale que ce retour du crypto-bizarre entre nostalgie et réinventions.

Top of the Lake, Saison 2 (Cannes 2017) - la critique

Clairvoyants, cruels, drôles, glaçants... les deux premiers épisodes de la saison 2 de Top of the Lake réunissent toutes les fulgurances des débuts. Campion change le décor, mais poursuit les jeux de domination en mathématicienne. Superbe et virtuose.

The Young Pope - la critique de la série de Sorrentino

Sorrentino file, comme tout le monde, faire le show à la télévision... La saison 2 vient d’ailleurs d’être annoncée, quelques jours avant la diffusion française.

lien recherche nouveau rédacteur

A inclure dans le corps du texte, au milieu d’un paragraphe. Merci.