Fabrice Prieur

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

0 film noté

0 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Cuisine et dépendances - Philippe Muyl - Critique

Martine et Jacques sont tout à leur bonheur d’avoir invité avec son épouse Charlotte, leur vieil ami devenu présentateur vedette. Mais, c’était sans compter la présence de Georges l’ami râleur et celle de Fred, le frère dilettante. La qualité du texte et la distribution font oublier une mise en scène bien sage qui sort peu du théâtre filmé.

L’Adieu (The Farewell) - la critique du film

L’argument d’un drame, transposé en comédie douce-amère. Un film réellement touchant.

Key Largo - John Huston - critique

Un vétéran de la Seconde Guerre mondiale se rend sur l’île de Key Largo, en Floride, pour remettre une médaille au père d’un soldat disparu. John Huston, toujours hanté par la fatalité et l’échec, se fourvoie un peu dans cette adaptation trop théâtrale. C’est aussi le film de la dernière rencontre cinématographique Bogart/Bacall.

La cible vivante - Anthony Mann - critique

Un tireur d’élite de spectacle, dur et malaimable, est séduit par son assistante. Un très bon polar de série B, signé Anthony Mann, qui offre un rôle sur mesure à Erich von Stroheim.

Printemps tardif - Yazujirõ Ozu - critique

Une jeune femme qui.vit avec son père n’a pas vraiment envie de se marier, malgré les pressions de son entourage. Yazujirõ Ozu trouve, avec ce long métrage, une forme de cinéma encore plus élaborée qui marquera tous ses films à venir.