Guillaume Louradour

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

1 film vu

0 film noté

0 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Cinema Paradiso - la critique du film

Cinema Paradiso nous conte une époque dont peu se souviennent encore. Sans doute l’un des plus beaux hommages à la magie du cinéma, devenu depuis sa sortie le film de chevet de tous les amoureux de la salle.

Tale of Tales - la critique du film

Baroque, foutraque et bariolé, le nouveau film de Matteo Garrone est un conte de fée immoral et attachant. Du cinéma de pur spectacle où se déploient des décors rococo et un casting international au diapason.

Themroc - la critique du film de Claude Faraldo + le test DVD

Le film de Faraldo est un outrage à la bien-pensance, un brûlot libertaire qui n’a rien perdu de sa fureur. Une hérésie plantée dans le pied du cinéma français qui ne sera jamais allé aussi loin dans la transgression des tabous de notre société. Il fallait oser, Claude Faraldo l’a fait !

Fatima - la critique du film

Phillipe Faucon, réalisateur La Trahison et La désintégration aborde le thème de l’intégration des minorités en France. Critique.

Le Fils de Saül - la critique du film

L’héritier de Belà Tarr a secoué la Croisette avec une oeuvre oppressante, doublée d’un choc esthétique, ayant pour cadre le camp de concentration d’Auschwitz. Pas de doute, l’un des moments forts de cette 68e édition.