Sofia Gavilan Yelou

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

0 film noté

0 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Kindertotenlieder - Virgil Vernier - critique du court métrage

Tel un anthropologue, le réalisateur Virgil Vernier fouille les archives des journaux télévisés diffusés pendant les émeutes de 2005, pour raconter l’histoire autrement. Ce documentaire tient sa force dans le montage : il donne la priorité aux paroles des sujets qui vivent les événements de près, et non pas aux discours des médias dominants. C’est autant un exercice de réflexion sur la signification et resignification des images selon le montage, qu’un chant funeste et un appel à la mémoire.

Odoriko - Yoichiro Okutani - critique

Un art populaire en voie de disparition s’ouvre à nous : le théâtre de strip-tease japonais. Ce documentaire nous fait rentrer dans les coulisses et nous partage le monde intime des danseuses, les « odoriko ». Des miroirs démultipliés et des lumières diffuses nous invitent à nous immerger dans un monde de rêve, transiter dans cette vie nomade, et observer, avant qu’il ne disparaisse, un univers d’autrefois, mélancolique et sensuel.

Mignonnes - Maïmouna Doucouré - critique

Entre ce qu’il faut être et ce qu’on veut être, il y a un grand écart. À travers la sensualité dégagée par la danse, ce film explore la construction de l’identité et de la féminité d’une jeune fille partagée entre deux cultures. Un portrait sulfureux, pailleté, honnête et courageux.

Last and First Men - Jóhann Jóhannsson - critique

Expérience cathartique et puissante, Last and First Men nous envoûte par ses plans et sa musique, aussi sublimes que sinistres, et nous invite à réfléchir sur l’héritage et la futilité humaine dans l’immensité de l’univers.

The Great - critique de la série

Après The Favourite, le scénariste et producteur Tony NcNamara nous livre une expérience satirique, acide dans la cour impériale russe, avec une légère dose historique et une haute dose d’inventivité, portées par un regard irrévérencieux et parodique sur la mentalité pré-moderne. La vengeance féministe est au menu, délicieuse et extrêmement piquante.