Jean-Patrick Géraud

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

32 films notés

36 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Cannes 2014 : Maps to the stars - la critique du David Cronenberg

D’accord avec Frédéric. Le film brosse le portrait sans concession d’un monde hermétique, ultra normé et très opaque. Au point que même les extérieurs jour sont d’une noirceur saisissante. Ce qui est virtuose, c’est la manière dont Cronenberg retravaille de vieux motifs tragiques (amours incestueuses, fatalité, etc.) pour évoquer la réalité d’une industrie décadente, nourrie seulement par ses modèles et ses vieux fantasmes. Quant à savoir si le portrait est fidèle, c’est une autre affaire ; peu importe après tout (on a quand même vu récemment que les affaires de moeurs étaient bien vite étouffées sous le ciel (...)

Lire la suite

Her - la science-fiction selon Spike Jonze, critique
A découvrir ce soir sur CINE+ Club à 20h45

C’est un très beau film sur la solitude moderne. Theodore vit ce que chacun de nous peut ressentir dans la grande ville, ce besoin presque instinctif d’aller vers l’autre tout en voulant s’isoler pour se donner le temps de réfléchir, le choix d’attendre... Sauf que derrière l’attente il y a la peur du vide, l’angoisse de la mort aussi, qui sont suggérées dans le film en filigrane, par accords mineurs, et qui lui insufflent cette espèce de tristesse poétique que l’on rencontre effectivement dans les films de Sofia Coppola. J’aime aussi les seconds rôles, surtout Rooney Mara, qui hante la première partie (...)

Lire la suite

Ted - Seth MacFarlane - critique

Bien d’accord avec cette critique. Question rythme, je trouve que le film fonctionne bien dans les 45 premières minutes, grâce à ses dialogues énergiques. Après, le scénario se prend au sérieux et évolue vers une histoire d’amour mollassonne.

Lire la suite

Les Amants passagers - la critique du film

Almodovar se paie un trip de première classe avec ce film sans grande prétention, délibérément cocasse et ludique, mais qui manque effectivement de goût. Le second degré ne fonctionne pas toujours, et le film est parasité par des séquences inutiles.

Lire la suite

Gatsby le Magnifique - la critique

Adaptation baroque et kitsch à souhait. Luhrmann a le sens du tragique et sait donner de l’épaisseur à ses personnages. Mais ce qui marchait pour Moulin Rouge (à mon avis le meilleur film de ce cinéaste) ne fonctionne plus ici, car le tragique est dilué dans les longueurs, les scènes lourdement démonstratives (ex. celle de l’hôtel, où les deux rivaux exposent les enjeux du conflit) et les intrigues secondaires.

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Boogie Nights - la critique

Entre grandeur et décadence, une fresque audacieuse sur le monde du porno qui peut aussi se lire comme un vibrant hommage au septième art.

2 days in New-York - la critique

Julie Delpy livre une suite fidèle à l’esprit mordant du premier épisode, tout en renouant avec la nostalgie familiale et burlesque de son précédent film, le Skylab. Un vrai bonheur

Mud - la critique

Un drame conventionnel qui se regarde sans déplaisir, mais échoue à susciter le trouble et la fascination qu’exerçait le précédent métrage de Jeff Nichols.

Barbe-Bleue (1972) - la critique + le test DVD

Dmytryk métamorphose le conte de Perrault et crée une oeuvre baroque, sensuelle et violente, heurtée par les blessures de la guerre.

Barbe-Bleue (1944) - le test DVD

Ingénieuse transposition du conte de Perrault dans un Paris crépusculaire, le Barbe-Bleue de Ulmer est ici proposé dans une édition sans éclat, mais éclairante.

La sériephilie, sociologie d’un attachement culturel

Un ouvrage synthétique et éclairant.

Adieu camarades - la critique + le test DVD

Grandeur et décadence du système soviétique à travers ce documentaire ludique, passionnant, et qui demeure instructif malgré un recours à la fiction parfois discutable