Jennifer Homère

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

0 film noté

0 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

La fille

Drôle de période de sortie pour un film sur la barbarie de l’inceste, nauséeux mais indispensable.

La fin du règne animal

Dans un monde rural cruel, l’innocence ne triomphera pas...

Solveig Nordlund - notes biographiques

Quelques informations sur Solveig Nordlund.

Merci... Dr Rey !

La psychanalyse entre références et clins d’œil : un film à la bonne humeur communicative.

Andrew Litvack - notes biographiques

Quelques informations sur Andrew Litvack.

Korsakov - Eric Fottorino - La critique

Compte tenu du sujet de Korsakov, le jeu de mots est facile. Pourtant, l’expression a rarement été aussi juste : c’est un roman inoubliable.

Le soleil des Scorta - Laurent Gaudé - la critique du livre

A placer la barre trop haut, la déception du Soleil des Scorta était peut-être inévitable.

Buick Riviera - Miljenko Jergovic

Un premier roman puissant et dramatique qui démontre que la guerre ne s’arrête pas aux frontières.

La guerre des jours lointains - Akira Yoshimura

Un roman effrayant d’humanité qui éclaire d’une lumière crue la notion de culpabilité.

J’ai nom sans bruit - Isabelle Jarry

Pour évoquer l’indicible, la souffrance ultime, il y a deux voies. L’épanchement littéraire et les mots peuvent dégouliner de mièvrerie et de sentimentalisme. Isabelle Jarry a choisit la seconde : celle de l’ascèse verbale.