Jennifer Homère

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

0 film noté

0 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Les marins perdus

Trop glauque, trop trivial, trop sinistre, Claire Devers passe un peu à côté de son adaptation du roman de Jean-Claude Izzo.

Claire Devers - notes biographiques

En passant allégrement du cinéma à la télévision, Claire Devers se construit une cinématographie à part.

Bye-Bye Africa

Un magnifique film à tiroirs, estompant la ligne entre réalité et fiction.

Collection "Noir Urbain"

Cadre urbain et histoire courte : une idée séduisante qui tient largement ses promesses.

Les jours de mon abandon - Elena Ferrante - la critique

D’une justesse déchirante et douloureuse, la traversée du chagrin et de la rage d’une femme abandonnée.

Les âmes perdues - Michael Collins

En quatre romans, Michael Collins a réussi à saisir la quintessence d’une Amérique désorientée.

Pavanes et javas sur la tombe d’un professeur

Un magnifique roman sur la passion pour les mots et la littérature. Une ode à la vie, pour ne jamais oublier d’aimer.

La maison des sables et des brumes - André Dubus

Tragédie des temps modernes, La maison des sables et des brumes, aurait pu faire partie de ces grands romans qui prennent un instantané d’une Amérique névrosée et chaotique. Mais, pour être à la hauteur d’une telle ambition, André Dubus aurait dû y mettre plus de rage.