Frydman Charles

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

3 films notés

5 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

1 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Le fabuleux destin d’Amélie Poulain - la critique

Poulain rime avec bain , le père d’Amélie, ancien médecin militaire travaille aux thermes d’Enghien-les-bains. Amélie Poulain rime avec Amélie-les-bains. Le coeur d’Amélie balance entre la gare du nord qui conduit à Enghien où habite son père et le photomaton de gare de l’est qui devrait lui permettre de connaître l’amour. L’imagination d’Amelie lui joue parfois des tours. Alors qu’elle arrive au photomaton de la gare de l’est, elle voit la gare du nord avec EST gravé sur la façade au lieu de (...)

Lire la suite

Les violons du bal - la critique

Le film évoque la place de la Concorde au présent , à l’occasion d’une manifestation gauchiste. Puis flash back pendant la guerre, la grand mère de Michel dit à son petit fils "avant guerre c’était la plus belle place de Paris". Retour au présent en noir et blanc. L’histoire de la place de la Concorde n’est pas très reluisante,à l’image des égouts de Paris, si on considère qu’elle était le lieu d’exécutions publiques, avant de prendre le nom de place de la Concorde en signe de réconciliation. D’ailleurs l’accès à la visite des égouts de Paris se faisait par une guérite face à la rue Royale sous une des (...)

Lire la suite

La Bête humaine - Jean Renoir - critique

C’était l’époque des locomotives à vapeur, lorsque les locomotives semblaient respirer . La Lison que Jacques et Pecqueux "nourrissent" de charbon est humanisée , et la bête humaine c’est Jacques avec ses pulsions, mais un peu également la Lison que Jacques considère presque comme sa femme...Aujourd’hui les locomotives sont électriques , mais je me souviens de l’époque des wagons lits et du wagon restaurant, un gril et son four qui pouvait faire penser à la lison , et à Noël 1973 , un train qui allait de Nice à Amsterdam en s’arrêtant gare de Lyon , puis après avoir emprunté la petite ceinture , gare du (...)

Lire la suite

L’homme qui en savait trop - Alfred Hitchcock - critique

La chanson aux paroles franco anglaises : »que sera sera,whatever will be,will be…fut un des grands succès de l’époque .Le film est très prenant. Chaque pays a ses traditions et lorsque Bernard dit être Français ,le fils du couple Mac Kenzy plaisante : »On a plein d’escargot dans le jardin mais on n’avait pas songé a un Français pour nous en débarrasser !!! « .Au restaurant le couple Americain se plie de bonne grâce aux coutumes marocaines jusqu’à ce qu’il s’aperçoive que leur nouvel ami Bernard est au restaurant contrairement a son affirmation de la (...)

Lire la suite

L’ange bleu - La critique

RIVAUX OU COMPLEMENTAIRES ? Le Dr Rath a un comportement surprenant..."être ou ne pas être ?", comme la citation d’Hamleth de Shakespeare enseignée à ses élèves...Etre le meilleur ou ne pas être....L’élève Ertzum (que l’on peut traduire par "le premier) trébuche un peu,prononce mal le "the" anglais. être le premier ou rien.Le professeur considère ses élèves comme des ennemis peut-être parce qu’il veut garder son autorité ,le maximum de distance avec eux .Le Dr Rath a peur de descendre de son piédestal...Mais sa respectabilité est mise à mal par les quolibets de ses élèves. Néanmoins son enseignement n’est (...)

Lire la suite

Le diable au corps - Raymond Radiguet - critique livre

L’œuvre de Radiguet baigne dans un certain flou artistique, quand au lieu ou se situe l’action .les ville de banlieue F… et J… ne sont jamais précisées. D’ ailleurs les situer tiendrait de la quadrature du cercle. C’est sans doute mieux ainsi et cela laisse place à l’imagination. Deux villes des bords de Marne synonymes de « l’héroïsme de tout un peuple » , cette Marne si douce que Radiguet aimait tant .Un rendez-vous amoureux a F… poserait quelques problèmes. « -Rejoins-moi a F…-J’accours, mais comment rejoindre F… ?-Tu prends la route-surprise. » Excusez l’enchaînement , mais il est une expression (...)

Lire la suite