ceciloule

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

6 films à voir

0 film vu

18 films notés

65 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

2 SÉRIES TV notées

4 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

1 livre noté

3 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Le dernier duel - Ridley Scott - critique

Certes, Marguerite de Carrouges est ici indéniablement présentée comme disant la vérité alors que certaines sources la désignent comme une menteuse, mais je trouve le parti-pris assumé et très réussi. Le parallèle entre notre époque et cet événement historique est, à mon sens, finement amené grâce à ces trois points de vue, d’autant que cela permet de mettre en lumière la manière dont les femmes étaient alors traitées. Ceci dit, je n’avais pas songé aux démêlés des scénaristes avec #MeToo, information qui remet effectivement les choses en perspective... (je parle plus longuement du film ici : (...)

Lire la suite

Promising Young Woman - Emerald Fennell - critique

Pour moi, c’est effectivement dans le mélange des genres et le jeu avec les codes et les clichés qu’excelle la réalisation. Cependant, si Emerald Fennell dynamite les stéréotypes de façade, elle le fait après les avoir embrassés, après avoir semble-t-il donné dans une apparente facilité : c’est donc, à mon sens, à la fois la force et la faiblesse du long-métrage - faiblesse parce que certains ne se donneront pas la peine de poursuivre leur visionnage après le manque de vraisemblance criant du début (qui sert pourtant le film, entendons-nous bien). J’en parle plus longuement sur Pamolico, blog de critiques : (...)

Lire la suite

Don’t Look Up : Déni cosmique - Adam McKay - critique

En effet, cette satire ouvre les yeux, sert d’avertissement tout en parodiant ces films catastrophe, si américains, boursouflés de clichés. Il y en a tout autant ici, mais la manière dont McKay s’en sert à outrance, tant dans la narration que dans les caractéristiques formelles, et les détourne fait de ce film une farce, comme vous l’écrivez si justement (j’en parle plus longuement sur Pamolico, blog de critiques : https://pamolico.wordpress.com/2021/12/29/dont-look-up-adam-mckay/)

Lire la suite

Julie (en 12 chapitres) - Joachim Trier - critique

La poésie de certains plans, le romantisme moderne de Joachim Trier m’ont touchée, de même qu’ils toucheront sans doute les hommes et les femmes de la génération de l’héroïne - et les autres puisque le propos est universel, comme vous le soulignez. En outre, sa lecture du trio amoureux parvient, à mon sens, à trouver le juste milieu entre contemporanéité et nostalgie surannée. J’en parle plus longuement sur Pamolico, blog de critiques : https://pamolico.wordpress.com/2021/10/12/julie-en-12-chapitres-joachim-trier/)

Lire la suite

Ammonite - Francis Lee - critique

C’est vrai que ce film a un côté naturaliste, la romance entre les deux femmes trouvant dans la mer une sorte d’écrin. Ceci dit, je trouve la photographie très sombre alors que les vagues et la lumière du littoral anglais auraient pu sublimer le long-métrage, peut-être un peu à la manière de Portrait de la jeune fille en feu. J’en parle plus longuement ici : https://pamolico.wordpress.com/2021/07/16/ammonite-francis-lee/

Lire la suite

A voir ou à revoir sur Netflix : Dans leur regard - la critique de la série

"Un profond récit en 4 actes" bien plus qu’une série, je suis entièrement d’accord. Si le pathos est parfois à la limite du supportable, l’ensemble, d’une justesse rare et baigné de jeux de lumière, semble digne du grand écran... (j’en parle plus longuement ici : https://pamolico.wordpress.com/2020/10/17/when-they-see-us-dans-leur-regard-ava-duvernay/)

Lire la suite

White Lines - la critique de la série

Une série qui se regarde avec un certain régal, en effet... Régal coupable, certes, mais on binge-watche sans bouder notre plaisir et on savoure le suspense qui fonctionne malgré tout assez bien ! (j’en parle ici : https://pamolico.wordpress.com/2020/06/21/white-lines-alex-pina/)

Lire la suite

Hollywood – la critique de la mini-série

Un peu naïve en effet, un peu trop optimiste et chargée d’espoir. Écran Large considère cette série comme presque uchronique, comme une réécriture du scénario historique à la manière des "et si..." et je trouve que c’est une bonne façon de redorer le blason de Hollywood, réalisation chorale et sympathique s’il en est ! (mon avis ici : https://pamolico.wordpress.com/2020/05/24/hollywood-ryan-murphy-saison-1/)

Lire la suite

The Eddy - la critique de la série

Je n’ai pas réussi à aller au bout... casting 5 étoiles, c’est sûr, jolie BO (dans les 2 premiers épisodes, je ne saurais dire pour le reste) mais quel scénario embrouillé et quel glauque ! Un gâchis, en effet.

Lire la suite

La Chienne - Pilar Quintana - Critique du livre

Pour ma part je n’ai pas été convaincue par ce roman très court. Damaris a des réactions difficilement compréhensibles, elle agace le lecteur plus qu’elle ne l’apitoie. Quant au style, il m’a semblé plus brut et simple à l’excès que "fulgurant"... Peut-être est-ce une question de sensibilité. (J’en parle plus longuement ici : https://pamolico.wordpress.com/2020/08/06/la-chienne-pilar-quintana/)

Lire la suite

Le cœur de l’Angleterre - la critique du livre

Un beau roman choral contemporain, en effet, même si dresser quelques parallèles avec les précédents opus aurait été intéressant. Ils dépeignent de manière peut-être plus juste et plus subtile respectivement les années 1970 et 2000. L’humour so british est toujours au rendez-vous ici mais on regrette les trop nombreuses ellipses qui fractionnent un peu la lecture (mon avis ici : https://pamolico.wordpress.com/2020/03/27/la-trilogie-bienvenue-au-club-jonathan-coe/)

Lire la suite

De pierre et d’os – la critique du livre

Je suis plutôt d’accord, même si j’ai regretté qu’une vie soit raccourcie à quelques 200 pages et que les personnages nous soient aussi peu sympathiques... mais votre façon de décrire la poésie qui se dégage de ces pages est vraiment belle et à-propos je trouve (plus d’infos : https://pamolico.wordpress.com/2019/12/15/de-pierre-et-dos-berengere-cournut/).

Lire la suite