Frédéric de Vençay

Bordeaux

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

113 films notés

118 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Elena - la critique

Si la mise en scène de Zviaguintsev est d’une virtuosité indéniable, on pourra s’interroger sur la fonction qu’elle revêt dans cet "Elena", objet froid et extrêmement théorique, entièrement voué à l’exposition des conflits de classe de la Russie contemporaine (qu’il ne "règle" pas, ni n’interroge). Sa description des deux microcosmes riches/pauvres se fait avec une égale cruauté, parfois au bord du cynisme ou de la caricature. On peut aussi ne pas adhérer à cette forme de mépris démiurgique, même si elle témoigne par moments d’une certaine lucidité sur l’être humain. Conte de la monstruosité ordinaire, un (...)

Lire la suite

Harakiri - la critique + test blu-ray

Découvert dans cette fameuse copie restaurée, qui restitue au mieux les superbes contrastes entre ombre et lumière et la sueur collant au front des rônins. Kobayashi signait là un sommet de tension dramatique doublé d’un anti-film de combat en huis-clos (à l’exception de flashs-back flamboyants et d’un final sacrificiel gigantesque). La construction gigogne, en allers-retours tortueux et sophistiqués, lui permet de faire cohabiter plusieurs genres : suspense, mélodrame, chronique naturaliste, film de sabre, brûlot politique... Remontant aux sources du chanbara (le théâtre japonais), "Harakiri" met au (...)

Lire la suite

Quand je serai petit - la critique

Cette seconde oeuvre honorable de Jean-Paul Rouve est certainement plus assurée et aboutie que la première, le cinéaste en herbe ayant pris soin, cette fois-ci, de ne pas s’attaquer à sujet plus grand que lui. Avec une économie de moyens bienvenue et une absence d’humour potache, "Quand je serai petit" parvient à faire cohabiter son canevas semi-fantastique avec une histoire familiale toute en émotions feutrées. Le problème est que le film finit par payer cette modestie : devant des enjeux finalement pas très neufs ni tout à fait bouleversants, on se demande à quel moment le récit finira par décoller, (...)

Lire la suite

Men in Black 3 - la critique

Le retour des hommes en noir n’était pas ce qu’il y avait de plus urgent (ou de nécessaire) sous le soleil. Pour peu qu’on ait gardé au fond de soi une part de régression post-teenage et qu’on se soit bien marré devant les frasques de l’opus 2 (c’est possible, je l’ai testé), ce double retour dans le passé peut s’avérer plaisant, quoique complètement anachronique en 2012. Preuves parmi d’autres : la mise en scène anémiée de Sonnenfeld, le jeu essoufflé de Will Smith, les gags oscillant entre le moyen et le franchement bof... Qu’est-ce qui fonctionne (un peu) quand même ? Bizarrement, tout le reste, à commencer (...)

Lire la suite

Moonrise Kingdom - la critique

Après un "Fantastic Mr Fox" empaillé, où le disque Anderson semblait définitivement rayé, ce "Moonrise Kingdom" vient nous rassurer sur l’état de santé de son cinéma - même s’il apporte peu de changements fondamentaux à son petit théâtre de marionnettes jaune sépia. Malgré quelques faiblesses relatives (de scénario, de rythme), c’est une œuvrette extrêmement réjouissante dont on ressort avec le baume au cœur et les étoiles dans les yeux. Que "Moonrise" demeure un opus mineur dans la filmo du Texan importe finalement peu, puisque le film se vit précisément comme cela : c’est une pure bulle récréative harmonisée (...)

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Disparaissez les ouvriers ! - coup d’oeil

Les ouvriers ont perdu leur combat, trop petits face à la logique du profit, mais leurs mots de colère ont encore la valeur de témoignages d’un autre temps. Aux spectateurs d’écouter leur voix à partir du 9 mai dans les salles obscures.

Les chemins de la liberté - la critique

Après sept ans d’absence, Peter Weir revient aux affaires pour une aventure à échelle humaine, dans la lignée des grandes fresques hollywoodiennes d’antan. Du plaisir sur pellicule.

La Rizière - la critique

Proche du documentaire dans sa forme et ses intentions, La Rizière plante ses caméras dans une Chine profonde invisible des écrans de cinéma. Dommage que sa base fictionnelle, trop didactique, nuise un peu au voyage.

Paradis : amour, le film choc de Cannes 2012 ?

Habitué des polémiques, le réalisateur autrichien Ulrich Seidl revient en compétition à Cannes, cinq ans après son remarqué Import/Export, avec le premier volet d’une trilogie.

Tue-moi - la critique

Jolie chronique douce-amère, déviant de son postulat de série noire pour mieux exorciser la dépression de ses personnages, lancés dans une cavale policière entre France et Allemagne.

Lost : bilan de la saison 6

Décevante pour les uns, époustouflante pour les autres, déroutante pour tous, la dernière saison de Lost a assuré le spectacle, sans dévoiler toutes ses clés cependant...

Le mot de la fin pour Lost

La série phare créée par J.J. Abrahams est sur le point de dévoiler tous (?) ses mystères...