Claude Rieffel

Paris

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

21 films notés

22 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Looking for Simon - la critique

Le scénario trop habilement écrit frôle parfois dangereusement les lieux communs auxquels invite le sujet, l’application à les éviter restant bien perceptible (certains non dits sont lourds de sens). Krüger ne retrouve pas toujours ici l’inquiétante étrangeté qui faisait la force du superbe Rückenwind et Marseille reste souvent une simple toile de fond touristique alors que la forêt de Brandebourg était vraiment le personnage central du film précédent. Forts de leur solide expérience théâtrale, Corinna Harfouch et Nico Rogner sont (trop) irréprochables mais on sent parfois leur interprétation composée, (...)

Lire la suite

La source thermale d’Akitsu - la critique

Le centième film de l’actrice Mariko Okada (comme l’annonce le générique) est un grand mélodrame à la Sirk, mais, sous son classicisme de façade, il prend le risque d’ une alchimie formelle extrêmement audacieuse : photo et mouvements de caméra célébrant la beauté exténuante, inhumaine, de la nature au fil des saisons, flots de musique symphonique enrayés par la répétition et les dissonances, sidérantes ellipses temporelles. Chez Yoshida l’esthétisme exacerbé débouche sur (...)

Lire la suite

Stella, femme libre - la critique

Malgré la splendeur de la photo noir et blanc et un soin évident apporté à la composition des plans, Cacoyannis réussit à donner à son deuxième long-métrage un côté rugueux, presque documentaire, en particuliers dans les séquences finales où il mêle ses acteurs à la foule du défilé de la fête nationale. Emule de Rossellini, il affronte franchement le mélo et le folklore mais en évitant de « boucler » son film. Mélina Mercouri, déjà célèbre au théâtre, crève l’écran dans ce premier rôle au cinéma mais n’écrase pas ses remarquables partenaires Giórgos Foúndas (Míltos), Voula Zouboulaki (Anetta), ou encore la grande (...)

Lire la suite

Le Fleuve - la critique + test blu-ray

Cette déclaration d’amour à une Inde à la fois réelle, observée avec une attention de documentariste, et réinventée aux couleurs du Technicolor de Claude Renoir (la fameuse anecdote du gazon repeint en vert pour les besoins du films) adopte, de digression en digression, le ton et le rythme du conte. C’est un véritable voyage initiatique pour le spectateur émerveillé et un film fondateur pour plus d’une vocation de cinéaste.

Lire la suite

Comme une étoile dans la nuit - La critique

Avec l’audace tranquille et l’espèce de naïveté totalement assumée qui fait le prix de toute son oeuvre Féret affronte sans détours ou afféteries un sujet redoutable mais évite le pathos et l’hystérie, axant plutôt le film sur les efforts du jeune couple pour résister à la pitié envahissante d’un entourage qui ne sait comment réagir face à l’inacceptable. Le cinéaste trouve lui la juste distance. L’émotion qu’il parvient à créer n’en est que plus profonde.

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Paris est toujours Paris - la critique du film

Cette brillante comédie chorale, naviguant entre légèreté joyeuse et discrète amertume, est aussi un précieux document sur le Paris de 1950.

La rue de la honte (Akasen chitai) - la critique du film

L’œuvre ultime de Mizoguchi jette un regard sans concessions mais sans surenchère émotionnelle sur l’univers de la prostitution, microcosme révélateur des mécanismes sociaux.

Ma sœur mon amour - la critique + le test DVD

Malgré une tendance à surligner les effets de style, cette histoire d’inceste dans l’aristocratie suédoise du XVIIIème siècle, esthétiquement superbe, ne manque pas d’allure et la fièvre froide qui l’habite ne laisse pas indifférent.

Trente ans - la critique du film

Le quatrième long-métrage de Laurent Perrin, passé relativement inaperçu à sa sortie, est à redécouvrir d’urgence à la faveur d’une édition DVD bienvenue.

Les Funérailles des roses - La critique du film

Troublante et joyeuse parade funéraire, ce manifeste de la contre-culture japonaise à la fin des années 60 est en tout point digne de sa réputation de film culte.