esdez

CAP D'AGDE

Aimant particulièrement le cinéma depuis de nombreux lustres. Un brin artiste essayant de faire avec les aléas de la vie par le biais de l’artistique.

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

1 film à voir

1 film vu

58 films notés

53 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

There will be blood - la critique

Grand film évidemment. Le theme du livre est parfaitement orchestré et le rendu par la mise en scène et le jeu impeccable de Day Lewis est incontestablement une grande réussite. L’âpreté du film qui nous prend dès les premières images installe immédiatement la rudesse de l’atmosphère que nous aurons à respirer le long du métrage. En fin de compte ce film contient l’AMERIQUE" et toute l’AMERIQUE" et, pour ceux qui rêvent encore de ce pays, avant de prendre un ticket pour le rêve doivent impérativement prendre la température du climat qui les attend là-bas.Vous comprendrez que ce film est une pièce d’histoire (...)

Lire la suite

Un cœur simple - la critique

Je pensais qu’une adaptation littéraire au cinéma était rarement gage de qualité et j’avais raison. Hormis un jeu très honnête des actrices l’ensemble n’est pas du cinéma,c’est un collage d’éléments figurant probablement dans les contes qui ne réussissent qu’à déconnecter les personnages de leur plausible réalité. Au niveau du caractère de chacun des personnages, la cinéaste leur fait porter tout et son contraire en permanence et leur réalité devient tellement peu probable que la fable nous passe totalement à côté.En effet,une âme faible sans structure devient une accro de la protection et au contraire la (...)

Lire la suite

Les hauts murs

Il ne faut pas se poser la question de savoir pourquoi Auguste Lebreton nous a gratifié de romans dont la noirceur est souvent glauque mais toujours à fleur de peau.N’en déplaise aux générations actuelles, ce film montre, en l’édulcorant, la réalité des enfants laissés pour compte par la société et devrait nous porter à réfléchir quelque peu sur leur condition de " mise à la vie en société. Ce que d’ailleurs a fait notre " chef suprême" puisqu’il a investi sa grouillot de service pour relancer la mise en place de centre fermés pour les jeunes.A la reflexion d’ailleurs, on devrait se poser la question de savoir (...)

Lire la suite

Valse avec Bachir - la critique + test blu-ray + test DVD

Ce film à la beauté formelle exceptionnelle nous donne tout en ombres et en lumières le cheminement d’une mémoire qui humainement refuse l’horreur d’actes perpétrés mais non assumés. Cette recherche pénible pour l’auteur vaut par sa sincérité et le choix artistique proposé est réellement bluffant : Dessins en contrastes permanents rendus par des noirs profonds et des atmosphères angoissantes de tons couleur de flammes, animation approximative proposée donnant l’impression des hésitations de l’intellect, mais expressions des personnages fidèles et justes indiquant la volonté ferme de la mise à nu de la (...)

Lire la suite

Bons baisers de Bruges - la critique

Ce pur divertissement nous fait passer un agréable moment entre visite de Bruge, ville magnifique dont l’un des protagonistes se paie le luxe de nous servir de guide,et personnages décalés aux dialogues justes mais totalement loufoques servant un argument bien construit. Il faut ajouter à ce coktail le jeu des acteurs excellents dont le surprenant Colin Farell (probablement choisi en raison de son jeu habituellement concentré sur l’expression d’une moule en extase donc en adéquation avec Bruge)qui nous bluffe complètement avec la sincérité de son (...)

Lire la suite