Frédéric Mairy

FILMS

0 films à voir

0 films vus

0 films notés

0 avis de films

TV

0 séries à voir

0 séries TV vus

0 séries TV notées

0 avis de séries TV

BD

0 BD à lire

0 BD lus

0 BD notées

0 avis de BD

MUSIQUE

0 musiques à écouter

0 musiques écoutées

0 musiques notées

0 avis de musique

A voir, à lire, à entendre

  • FILMS
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Médiathèque

  • FILMS
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Avis

  • FILMS
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Ses articles

  • FILMS
  • DVD
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Certains l’aiment chaud - la critique du film

Cela s’appelle l’art de la chute : "nobody’s perfect", entend-on à la fin de Certains l’aiment chaud, de Billy Wilder, une comédie parfaite. A tous points de vue.

La rose pourpre du Caire - la critique du film

Un comédien sort de l’écran et la magie apparaît.

Manhattan - la critique du film

"Il adorait New York." Et on adore Manhattan. Point.

Les hommes préfèrent les blondes - la critique

Une blonde pareille, on ne peut que la préférer.

Lorenzo Mattotti : J’essaie, de plus en plus, de ne suivre que mes envies

Dessinateur, peintre, illustrateur, affichiste... Lorenzo Mattotti mélange les genres et fait éclater depuis vingt ans les cases de la bande dessinée. Avec bonheur.

Reiser

Il mesurait 1m70 à sa mort. Vingt ans plus tard, il grandit encore.

André Franquin

Beaucoup de réjouissante noirceur sur ce site dédié aux Idées noires de l’auteur de BD belge

Feuilles

Mortes. Celles de Prévert et Kosma. Rappelle-toi, Barbara, cette chanson était la tienne. C’était ta préférée, et chaque fois… ton souvenir et tout ça. Jusqu’au jour où ses amours mortes en auront fini de mourir. Et même après, tu sais, tout restera. Les feuilles, les femmes, les souvenirs, le vent les ramasse à la pelle, aucun n’en finit de mourir et aucun ne manque à l’appel. C’est pas de Serge, ça, mais de Romain Didier. Il disait aussi que la chanson reprenait, "je me souviens, des vers de Prévert, et à (...)

Les Marquises - Jacques Brel

Une île où le temps s’est arrêté. Magie de la poésie et de la tendresse d’un homme qui se savait condamné.

Vincent Delerm

Paresseux, nonchalant et surtout très talentueux.