Laurent Garreau

Laurent Garreau, chargé de mission au Centre pour l’Education aux Médias et à l’Information. Formateur en éducation à l’image, il intervient dans l’enseignement supérieur.

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

1 film noté

0 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

1 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Quand passent les cigognes - la critique du film

Reprise en salle du chef-d’œuvre de Mikhaïl Kalatozov, et très belle réédition avec une mise en perspective du film par des commentaires d’universitaires, dans les suppléments.

Koko-di Koko-da - La critique du film

Pour surmonter les problèmes que traverse leur couple, Elin et Tobias partent camper au cœur de la forêt suédoise. Mais des fantômes de leur passé resurgissent et, plus que jamais, les mettent à l’épreuve.

Le Trésor de l’île aux oiseaux - La critique du DVD

Un film d’animation méconnu en France. Cette fable tchèque, réalisée dans les années 50, est au carrefour d’influences esthétiques et politiques. A redécouvrir.

Requiem pour un massacre - La critique du film

Voir pour la première fois ou revoir Requiem pour un massacre, c’est aujourd’hui s’immerger dans un chef-d’œuvre intemporel, un film historique qui aborde des questions de toute éternité, autant avec poésie qu’effroi.

Thalasso - La critique du film

Guillaume Nicloux signe un film décalé sur la fin de vie, sur la vieillesse, sur la foi, sur la superstition, sur la résurrection des corps et les passions de l’âme qui accompagnent tous ses mouvements. Enthousiasmant au sens étymologique de "transport divin".

La mort de la Terre - la critique du livre

J.-H. Rosny aîné, l’auteur de La guerre du feu , est l’une des figures de proue du mouvement littéraire français du merveilleux scientifique, à l’honneur dans la collection Les Orpailleurs de BNF Editions. Profitant de la réédition de son « conte » visionnaire, La mort de la terre, près de 110 ans plus tard, la BNF a compilé plusieurs récits de cet auteur prolifique et original.

Des miroirs et des alouettes - La critique du livre

Au point mort…. au fil des pages, cette enquête policière qui fige le narrateur au centre d’une bibliothèque, dont il devient l’improbable héritier, reste désespérément au point mort. Cette enquête - telle la lecture d’une bande dessinée Philémon de Fred - progresse en virevoltant, régresse en alternant ordre dispersé et chaos structuré, inertie et mouvement, chien diégétique et chat métaleptique tous azimuts. A moins que ce ne soit le contraire…

L’Enigme de Givreuse - La critique du livre

L’énigme de Givreuse est l’un de ces quelques romans réédités par BNF Editions, pour réhabiliter le genre oublié du merveilleux scientifique dont la collection « Les Orpailleurs » est devenue spécialiste. Cet écrit de J.H. Rosny ainé (1856-1940) se lit certes comme un roman de science-fiction, mais autant le lecteur perçoit la dimension fictive et romancée, autant le caractère scientifique du récit laisse perplexe et dubitatif.

La Perse et l’occident chrétien - la critique du livre

Il était une fois deux martyrs chrétiens d’origine perse : Abdon et Sennen. Par cette quête des origines de leur culte, Jean-Claude Voisin fait se rencontrer la Perse pré-islamique et l’Occident chrétien. L’auteur a la passion contagieuse. Tant avec méticulosité qu’avec enthousiasme, il discerne le vrai du faux, la réalité historique de l’élucubration superstitieuse. A la manière d’un détective scientifique, il compense la fiabilité des sources par la référence à des faisceaux d’indices concordants.

L’Homme de Constantinople - la critique du roman

Dans ce roman, J.R. Dos Santos s’écarte du domaine du thriller scientifique pour s’aventurer dans le genre du roman historique. Quel auteur plus indiqué pour écrire cette biographie romancée de « l’homme de Constantinople » Calouste Gulbenkian (1869-1955) qui, né arménien, naturalisé britannique, créa la fondation qui porte son nom à Lisbonne ?