Marianne Spozio

FILMS

0 films à voir

0 films vus

0 films notés

0 avis de films

TV

0 séries à voir

0 séries TV vus

0 séries TV notées

0 avis de séries TV

BD

0 BD à lire

0 BD lus

0 BD notées

0 avis de BD

MUSIQUE

0 musiques à écouter

0 musiques écoutées

0 musiques notées

0 avis de musique

A voir, à lire, à entendre

  • FILMS
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Médiathèque

  • FILMS
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Avis

  • FILMS
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Ses articles

  • FILMS
  • DVD
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Mort à Venise - la critique du film

Film des territoires de l’esprit, tout en regards, contemplations et méditations orchestrés avec une lumineuse complexité. Un chef-d’œuvre absolu.

Sept ans de réflexion - la critique du film

Glamour à la pelle et explosion de gags pour cette critique radicale du puritanisme américain.

L’avventura - la critique du film

Quand Antonioni inventait un nouveau langage cinématographique.

L’arrangement - la critique

Un constat pessimiste sur le rêve américain. Le film testament d’Elia Kazan.

Le port de l’angoisse - la critique

Le coup de foudre du siècle.

Quelques abécexandrins pour vous

Ah, le joli cadeau, que vous me faites là !
Bluffée je suis, aux anges, tout autant que zémue
Comment vous remercier, je ne sais, je patauge
D’habitude ma plume ressent moins d’ankylose
Et la muse m’inspire illico et sans frein
Foin de boniments, yop, allons-y tout de go
Galopins de mon cœur et nénettes adorables
Heureuse vous me rendez et me faites rougir
Immense est mon désir de poursuivre la route
Jamais je n’aurais cru que serait ma retraite
Kyrielle de plaisirs, de joies, de (...)

Serge Reggiani

Serge Reggiani est mort le 23 juillet 2004. Retour sur une vie de tendresse, de douleur, d’humour et de nostalgie.

Etienne Roda-Gil

Etienne Roda-Gil est mort le 1er juin 2004. Retour sur la carrière d’un parolier qui a marqué son époque.

Claude Nougaro

Le Petit Taureau s’en est allé le 4 mars 2004. Retour en forme d’adieu sur une carrière placée sous le signe du jazz.

Nounours

Jane en jeans. Contre son sein nu pas plus gros qu’une noisette, un nounours tout doux. C’est la pochette d’Histoire de Melody Nelson. Jane qui pleure. Serge qui l’enregistre. Et ça fait les sanglots de Je suis venu te dire que je m’en vais (première version, 1973). Jane pleurait pour de vrai : sa fille Kate venait de partir pour Londres en lui piquant son nounours. Et maintenant ? Sûr que Jane continue à pleurer toute seule dans le noir. Mais son nounours n’est plus là pour la consoler. Elle l’a (...)