François Roque

J’écris mes humeurs de cinéphile qui ne va plus au cinéma au cause du bruit du pop-corn et surtout de la mort du 35 mm, mais qui se gave de dvd et Netflix. Et je ne me pignole pas (ou plus) dans mes articles, la lecture des « Cahiers du cinéma » dans les années 70/80 m’a cramé trop de neurones…

Sinon, j’ai écrit "125 ans de cinéma, 125 films", c’est là : www.facebook.com/125ansdecinema125films/

Enfin, je suis aussi là : https://twitter.com/imposture

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

2 films à voir

13 films vus

15 films notés

3 avis de film

TV

1 série TV à voir

55 SÉRIES TV vues

51 SÉRIES TV notées

1 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

1 livre lu

1 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

1 musique notée

1 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

The Old Guard - Gina Prince-Bythewood - critique

Sitôt vu, sitôt oublié. Hélas. J’avoue que j’ignorais l’existence des comics dont est adapté ce film, mais quel dommage ! Certes la production est propre (photographie, décors, combats, etc.), s’offre un bon casting (mention pour Harry Melling qui, depuis Harry Potter, nous surprend après son étrange rôle dans The Ballad of Buster Scruggs, le sublime western à segments des frères Coen produit par Netfix), et Charlize Theron se fait plaisir en s’offrant un nouveau rôle bien badass, après Atomic Blonde et Mad Max : Fury Road, tout en produisant via sa compagnie, Denver and Delilah Productions. Il n’empêche (...)

Lire la suite

Sorry to bother you - la critique du film

Séance rattrapage dvd hier soir. Si par moment l’interprétation et la réalisation faiblissent, l’ambiance générale assez déroutante, et les "délires" finaux employés pour appuyer le propos politique donnent à ce film un cachet exceptionnel, surtout pour une première réalisation truffée de clins d’œils (Michel Gondry, fallait oser !). Dans les bonus du dvd un entretien du réalisateur éclairant sur son process de travail…

Lire la suite

Les fils de l’homme - la critique du film

Film majeur du genre dystopique. Chef d’œuvre. C’es tout. (5 étoiles, le truc est encore bugué depuis le changement ;-)

Lire la suite

Mindhunter saison 2 - la critique (sans spoiler)

Effectivement cette deuxième saison confirme et sublime la qualité exceptionnelle de cette série. Et aussi le côté un poil vicieux des producteurs : BTK n’a été confondu qu’en 2005. En conséquence, on n’a plus qu’à espérer qu’il s’agit bien de la deuxième et non pas seconde saison, et que s’ils ont en tête 2 ou 3 saisons de plus, pas de problème, on achète tout de suite !

Lire la suite

Supertramp : Breakfast in America - la critique de l’album

C’est hélas plus son succès qui le rend important que sa petite poignée de tubes qui montrent plus le début de la fin du groupe. La suite ne sera que déception, après le départ de Roger Hodgson. Le seul mérite de cet album aura été de faire connaître à un plus vaste public cet excellent groupe et surtout ses 3 albums précédents, très nettement au dessus, « Crime of the Century » (1974), « Crisis ? What Crisis ? » (1974) et « Even in the Quietest Moments… » (1977) avec sa dernière piste fleuve de 10 minutes « Fool’s Overture » ; tout Supertramp est dans ces 3 albums. Ce groupe aura eu un destin comparable à (...)

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

I am mother - la critique du film

Oubliez la bande annonce en mode Terminator ou peut être Matrix, et laissez-vous embarquer dans un vicieux thriller psychologique en huis-clos. Une vraie réussite pour ce premier film.

The Ballad of Buster Scruggs - la critique du film

Quand les frères Coen remettent au goût du jour le film à sketches, pour un hommage au cinéma et au western en particulier et livrent une nouvelle pépite.

Space Force - la critique de la série

Space Force n’est pas toujours « drôle », et même dans ses épisodes les plus absurdes, livre surtout une satire, à peine voilée, de Trump, voire d’Elon Musk, et d’autres travers de notre monde actuel, sur Terre. Steve Carrel et John Malkovich forment un duo exceptionnel.

Outer Banks - la critique de la série

Malgré un pitch de départ plutôt basique de série ado, Outer Banks, au fil des épisodes, s’écarte du teen drama classique, et se gloutonne avec un plaisir coupable, grâce à une épuisante cascade de rebondissements jusqu’au cliffhanger final. À suivre !

Control Z – la critique de la série

Intriquant sournoisement deux intrigues, Control Z est une série aussi addictive que les messages reçus par ces ados rivés à leurs smartphones. Une première saison habilement menée qui appelle une « suite » via son final, comment dire, furieux… ?

Blood & Water – la critique de la série

En adoptant un registre moins excessif et caricatural que son aînée espagnole Elite, cette deuxième production sud-africaine de Netflix nous abandonne sur un final dont on se doute vite, mais où hélas rien n’est clair. Loin s’en faut. Heureusement que la suite semble a priori inévitable…

White Lines - la critique de la série

Zigzaguant entre les frères Coen, Danny Boyle, Guy Ritchie, voire Almodóvar, le créateur de Casa de Papel livre une série à la fois surprenante et en demi-teinte. À moins qu’une probable saison 2 nous révèle une face cachée plus tordue…

T’ar ta gueule à la récré. Confessions d’un influenceur - La critique du livre

La contrition fluide et vivante, mais pas fière d’un affranchi, pseudo parrain, au milieu des années 2000, de la piscine des blogs, avant qu’elle ne soit déversée et diluée dans l’océan des réseaux sociaux. Au-delà de l’aspect historique, ce récit pédagogique soulève le couvercle de l’influence digitale et en démonte son artificiel moteur.