Jujulcactus

Rezé

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

1 film à voir

0 film vu

95 films notés

95 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

The Future - la critique

Le point de départ de « The future » est très intéressant, il se pose sur un couple de trentenaires prêt pour l’adoption d’un chat, qui leur fait réaliser que dans un mois, ils ne seront plus libres, et ce pour le restant de leur vie ! Du coup, 30 jours s’offrent à eux pour expérimenter des choses, se faire plaisir, goûter à l’inconnu... Mais finalement les jours passent et les deux adulescents s’éloignent l’un de l’autre... Cette première partie dans une veine ciné indé très moderne est assez séduisante, les deux personnages bien que « mous du genou » représentent une réalité d’aujourd’hui et sont attachants. (...)

Lire la suite

Les Bien-aimés - la critique

Pas franchement enthousiaste à l’idée de voir le nouveau Christophe Honoré, je m’attendais à un objet musical gnangnan et chiant mais finalement je serais plus nuancé. Et étrangement ce n’est pas le caractère musical du film qui m’a dérangé, au contraire j’ai même trouvé que les compositions (assez inégales) apportaient une certaine légèreté et un certain charme à l’ensemble. Non, ce qui m’a dérangé c’est la faiblesse d’un scénario qui veut parler d’un peu tout et qui ne parle finalement de rien, et qui ne justifie pas sa durée excessive de 2h20 ! Et c’est logique qu’avec une fragmentation chronologique aussi (...)

Lire la suite

La guerre est déclarée - la critique

Bien que seulement présent à la semaine de la critique, le film a fait trembler la croisette avant l’été et est arrivé sur les écrans avec une critique unanime, l’attente était donc grande, la déception l’est tout autant. Autobiographique à la base, au final pure fiction, le film prend le parti très intéressant de se centrer sur le combat des parents plus que sur la maladie en elle-même, de même la réalisatrice a la bonne idée de dire d’emblée que son fils en a terminé avec la maladie, et ne nous rends ainsi pas otage de ses émotions. Sujet lourd mais énergie débordante, on sent beaucoup de sincérité dans le (...)

Lire la suite

Le monde de Barney - la critique du film

Petit film américain, sorti dans l’indifférence générale, « Le monde de Barney » a quand même été nommé aux oscars (bon, catégorie maquillage...), à la mostra de venise en 2010 et a remporté le prix d’interprétation aux derniers golden globes (meilleur acteur), c’est pas rien ! Comédie douce-amère, comme on dit, sobre et sans relief (que ça soit en terme de mise en scène ou de scénario), Richard J.Lewis essaie d’innover avec un éclatement chronologique étrange mais ça n’est que pour masquer les faiblesses d’un non-script se résumant à la vie d’un homme de son premier mariage à sa mort. Rythme lancinant assez (...)

Lire la suite

Crazy, Stupid, love - la critique

Le synopsis sans originalité de « Crazy, stupid, love » peut laisser perplexe et faire croire à une énième comédie romantique sans consistance, pourtant sans renier son côté divertissement, le film tire son épingle du jeu. Les réalisateurs de « I love you Philipp Morris » partent de lieux communs, la crise de la quarantaine, le don Juan qui trouve enfin la fille de ses rêves, l’impossible histoire d’amour d’un adolescent, (...) pour ensuite se les approprier. La qualité d’écriture surprend, il y a beaucoup d’idées, des rebondissements, un dosage entre le drame et la comédie bien senti et de réelle qualité de (...)

Lire la suite