Norman06

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

570 films notés

576 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Mammuth - la critique

Sarcastique, poétique, en rupture perpétuelle de ton, voici une œuvre attachante qui concilie air du temps social et vision d’auteur.

Lire la suite

Les invités de mon père - la critique

Aimable comédie, un brin boulevardière, mais plus subtile qu’elle en a l’air, quant à son traitement des relations familiales et problèmes de société, et de par ses ruptures de ton. Attachant.

Lire la suite

Life during wartime - la critique

Moins enlevée que Happiness, mais peut-être plus troublante et nuancée, cette fausse comédie est bien dans le style de Solondtz, l’un des auteurs les plus singuliers de l’autre Amérique.

Lire la suite

Enter the void - la critique

Ce gadget nombriliste et criard qui a fait se vider les salles de projection lors du Festival de Cannes 2009 restera dans les annales comme l’un des plus grands nanars d’auteur. Insoutenable.

Lire la suite

Dans ses yeux - la critique

Habile et efficace mélodrame policier, qui mêle séquences brillantes (la poursuite dans le stade) et scénario accrocheur. Reste que cette réflexion sur la justice est bien inférieure à L’homme qui tua Liberty Valance, que le dénouement conservateur satisfera le spectateur de TF1 et que le ton hollywoodien (musiquette au piano, mise en scène académique), confirme que l’oscar du meilleur film étranger est (presque) chaque année décernée à un produit sans âme.

Lire la suite