Sébastien Thomas-Calleja

« Je prends le livre ouvert à la pliure, je me remets à son rythme, à la respiration d’un autre qui raconte. Si moi aussi je suis un autre, c’est parce que les livres, plus que les années et les voyages, changent les hommes. »

Erri de Luca, Trois chevaux

BD

2 BD à lire

0 BD lue

2 BD notées

0 avis de BD

FILMS

4 films à voir

10 films vus

13 films notés

0 avis de film

TV

3 SÉRIES TV à voir

2 SÉRIES TV vues

2 SÉRIES TV notées

0 avis de série TV

LIVRE

27 livre à lire

22 livres lus

29 livres notés

5 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

1 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

1 spectacle à voir

0 spectacle vu

1 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

3 expositions à voir

0 exposition vue

2 expositions notées

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

77 - La critique du livre

Celui-là, il faut que je le lise absolument ! Belle chronique !

Lire la suite

Une joie féroce - la critique du livre

À mon avis, ce n’est pas son meilleur, mais ça reste quand même du Chalandon, du très bon ;-)

Lire la suite

Les choses humaines - la critique du livre

J’avais déjà très envie de le lire... mais là, ça devient urgent ! Une chronique très convaincante ;-)

Lire la suite

Le moindre mal - la critique du livre

Très belle chronique pour ce récit de vie d’une « invisible » parmi tant d’autres, à qui cette belle collection, malheureusement défunte, donnait un peu de visibilité... C’est aussi dans « Raconter la vie » qu’a été initialement publié un très beau texte d’Annie Ernaux : « Regarde les lumières mon amour ».

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

La Golf blanche – la critique du livre

16 soupapes de 139 chevaux lancées à pleine allure, la Golf blanche arpente les routes alsaciennes. À l’intérieur se joue un drame familial. Elle devient le symbole de cette violence insoutenable qu’exprime avec talent ce premier roman.

Juste une balle perdue – la critique du livre

C’est une histoire d’amour, celle de Roman et d’Ana. Un amour passion émaillé de fêtes, de folies et d’excès, dans le cadre d’une splendide villa avec vue imprenable sur un destin que l’on croyait impensable. Pouvoir enfin maîtriser sa vie en atteignant des sommets intouchables : gare à la chute, car si le paradis est à portée de main, le sol pourrait bien se dérober sous leurs pieds et les entraîner dans une descente aux enfers inévitable.

Le Cercle des Hommes – la critique du livre

Poétique et mystique, la fable écologiste et humaine de Pascal Manoukian fascine aussi bien pour sa spiritualité que son actualité

Pour Luky – la critique du livre

L’horizon infini d’espoirs démesurés. Un roman tendre et touchant.

Otages – la critique du livre

Le portrait d’une femme d’aujourd’hui, courageuse et puissante, que le quotidien empêche de vivre libre.