Critique

LIVRE

Le moindre mal - la critique du livre

Le 1er juin 2019

Publié dans l’excellente collection Raconter la vie, le texte de François Bégaudeau est le portrait ciselé d’une infirmière et une réflexion sur l’émancipation, dans un contexte professionnel difficile.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En librairie

  • leslibraires.fr
  • Acheter sur Cultura
  • Rakuten
  • Sébastien Thomas-Calleja 6 juin 2019
    Le moindre mal - la critique du livre

    Très belle chronique pour ce récit de vie d’une « invisible » parmi tant d’autres, à qui cette belle collection, malheureusement défunte, donnait un peu de visibilité...
    C’est aussi dans « Raconter la vie » qu’a été initialement publié un très beau texte d’Annie Ernaux : « Regarde les lumières mon amour ».

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.