Frédéric de Vençay

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

113 films notés

118 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Prometheus - la critique

On pourrait légitimement s’énerver à constater que "Prometheus", fort d’un matraquage marketing (presque) sans précédent et d’une odeur de film culte annoncé, ait pu se monter sur un matériau de base aussi chancelant : le scénario de Lindelof et Spaihts, clairement bourré d’incohérences, de facilités et de raccourcis hénaurmes. Pour ceux qui pourraient opposer qu’il ne faut attendre, d’un spectacle comme celui-là, que sa magnificence visuelle (et elle est au rendez-vous), on pourra répondre que les ambitions (philosophiques, métaphysiques, cinématographiques) de Ridley Scott dépassent de très loin le (...)

Lire la suite

Le Grand Soir - la critique du film

Si on peut comprendre la sympathie (bien naturelle) qu’inspirent les deux émules de Groland et leur univers doux-dingue-anar, l’indulgence (c’est le mot... ne parlons pas non plus d’admiration) dont ils bénéficient auprès de la critique pourra laisser dubitatif. Dans "Le Grand soir", même si on apprécie a priori les acteurs (en particulier Poelvoorde, ici assez touchant, même si on l’a connu meilleur), même si on adhère a priori au discours (mais y’en a-t-il seulement un ?), on ne peut pas, en revanche, fermer les yeux sur l’indigence absolue qui est ici aux commandes, que ce soit du côté de l’humour, (...)

Lire la suite

L’assassin - la critique

Variation italienne du "Procès" de Kafka, qu’on sent hantée par les fantômes du fascisme, "L’Assassin" est une oeuvre étonnante qui pourra aussi évoquer, quoiqu’à une échelle plus réduite, des fictions paranoïaques comme "1984" et "Monsieur Klein". Marcello Mastroinanni y compose un double charmeur et hâbleur de Joseph K. A son exemple, le film adopte un ton subtil entre comédie de l’Absurde et drame policier, révélant une gravité de plus en plus profonde au fur et à mesure que son personnage plonge en lui-même et s’y découvre des failles. La mise en scène et le montage, d’une étonnante modernité, jouent (...)

Lire la suite

Captive - Isabelle Huppert dans les mains du terrorisme, critique...

Difficile de dégager le moindre point de vue, qu’il soit esthétique ou politique, dans cette interminable prise d’otage dans une nature tour à tour réaliste et animiste (la curieuse séquence foirée du perroquet géant). Mendoza, que l’on a pu connaître plus rageur et moins indolent, parvient à nous désintéresser presque totalement du sort de ses captifs, malgré la force des situations qu’il met en images (assaut d’un hôpital, mariages forcés, abandon des otages mourants...), mais pas "en scène" ou "en situation". Un étonnant (...)

Lire la suite

Confession d’un enfant du siècle - la critique

La meilleure blague de l’année, qui fonctionnerait à fond si Verheyde ne se prenait pas tant au sérieux. D’une mollesse à toute épreuve, "Confession..." est une enfilade de séquences "Instagram" qui reprend, avec un manque d’imagination hallucinant, toute l’imagerie éculée d’un XIXe siècle fantasmé par notre époque (orgies débauchées et cotonneuses, errances dans une campagne bercée par le galop des chevaux et le pépiement les oiseaux...). Plus grave, le film entier est guidé par une série de fausses bonnes idées avec, en tête, celle de confier le rôle du dandy torturé par son soi-disant équivalent (...)

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Il était une fois la révolution - la critique

Faux western et vraie fresque historique et lyrique, Il était une fois la révolution est sans doute le film le plus sombre, le plus violent de Sergio Leone. Une puissance visuelle inouïe au service d’une vision désenchantée de la politique.

Pique-nique à Hanging Rock - Peter Weir - critique

Deuxième long-métrage et coup d’éclat précoce pour Peter Weir, qui s’approprie une histoire de fait divers pour atteindre des sommets de grâce et d’ambiguïté. Ensorcelant.

La cité de la peur, une comédie familiale - la critique

Paroxysme de la connerie joyeuse, le film culte de les Nuls reste toujours aussi drôle, même à la dixième vision. Jubilatoire.

Merci pour le chocolat - Claude Chabrol - critique

Faussement lisse, vraiment cruel, délicieusement ambigu : l’un des derniers (très) bons films de maître Chabrol.

Requiem for a dream - Darren Aronofsky - critique

Le film coup-de-poing par excellence, ou l’enfer des drogues vu par un œil virtuose et sans concessions. Une déflagration d’une puissance inouïe, qui laisse physiquement sur le carreau.

Lost : bilan de la saison 6

Décevante pour les uns, époustouflante pour les autres, déroutante pour tous, la dernière saison de Lost a assuré le spectacle, sans dévoiler toutes ses clés cependant...

Le mot de la fin pour Lost

La série phare créée par J.J. Abrahams est sur le point de dévoiler tous (?) ses mystères...