Frédéric de Vençay

Bordeaux

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

113 films notés

118 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Magic Mike - la critique

Là où "Magic Mike" est différent de "Sexy Dance", c’est que ses numéros musicaux n’en sont pas la fin mais les moyens d’accéder à autre chose : dénicher un peu de faillibilité dans ses corps trop taillés et trop parfaits. C’est pour cela que, malgré sa mise en scène toujours impeccablement glamour, les séquences "backstage" (corps fatigués en coulisses, artifices pour se faire gonfler les biscotos ou... le pénis) ou "off" (les longues plages de discussion entre Tatum et Cody Horn, superbement écrites) restent les plus intéressantes, soutenues par un casting qui brille là où ne l’attendait pas - McConaughey (...)

Lire la suite

Jason Bourne : l’héritage - la critique

Reprise sans faux pas majeur, mais sans nécessité non plus, de la franchise du trio Liman/Greengrass/Damon. Les deux derniers, surtout, avaient su laisser une empreinte durable sur la saga, jusqu’à influencer tout le cinéma d’action contemporain par sa réalisation et son montage sans répit (l’hallucinant "La Vengeance dans la peau", chef-d’oeuvre et sommet du genre). Gilroy, en scénariste et élève appliqué, reprend la recette avec savoir-faire mais sans rien lui apporter de nouveau. Résultat : un film qui fonctionne bien mais peine à trouver une identité propre, et surtout à transcender le style (...)

Lire la suite

L’Etrange pouvoir de Norman - la critique

Après "Coraline", le studio Laika est en train de se forger une belle réputation en temps de disette cinématographique, entre la perte d’inspiration de Pixar, la standardisation progressive de Dreamworks et les fatigants produits à la chaîne de Blue Sky. "ParaNorman" (gardons donc le titre original) parvient même à supplanter Tim Burton sur son propre terrain, investissant son univers (monde des morts, éloge de la marginalité, satire de l’Américain moyen et de la vie des suburbs) avec tout le mordant qu’il manque aujourd’hui au cinéaste à mèche folle. De mordant, il est beaucoup question dans cette (...)

Lire la suite

Les enfants loups, Ame & Yuki - la critique

Le plus beau film d’animation de l’année, sans hésiter, et l’une des meilleures nouvelles qui nous soient arrivées de la japanimation depuis des lustres. Dans une veine fantastico-naturaliste qui pourra rappeler Miyazaki (et notamment "Mon voisin Totoro" et "Ponyo sur la falaise"), même si l’approche des deux réalisateurs est très différente, Hosoda maîtrise parfaitement les codes du conte. D’une délicatesse remarquable, à la fois hors du temps et d’une modernité absolue (la première partie en ville), le film creuse la piste d’un merveilleux enfantin jusque dans ses plus secrètes cruauté et maturité. "Les (...)

Lire la suite

The We and the I - la critique du dernier Michel Gondry

C’est sans doute l’un des films les plus intéressants et aboutis de Gondry, même si mon goût pour ses bricolages enfantins, souvent qualifiés (à tort) de superficiels, auront toujours ma préférence ("Eternal Sunshine", "Be kind rewind"...). Le réalisateur français orchestre une partie de ping-pong verbal d’un réalisme et d’une justesse sans faille, oscillant entre drôlerie, mélancolie et cruauté. Gondry fait ici la synthèse entre sa veine documentaire ("L’Epine dans le coeur") et son côté clippeur artisanal pour un résultat débordant de vitalité. Petit regret : que le virage final de son véhicule narratif (...)

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Il était une fois la révolution - la critique

Faux western et vraie fresque historique et lyrique, Il était une fois la révolution est sans doute le film le plus sombre, le plus violent de Sergio Leone. Une puissance visuelle inouïe au service d’une vision désenchantée de la politique.

Pique-nique à Hanging Rock - Peter Weir - critique

Deuxième long-métrage et coup d’éclat précoce pour Peter Weir, qui s’approprie une histoire de fait divers pour atteindre des sommets de grâce et d’ambiguïté. Ensorcelant.

La cité de la peur, une comédie familiale - la critique

Paroxysme de la connerie joyeuse, le film culte de les Nuls reste toujours aussi drôle, même à la dixième vision. Jubilatoire.

Merci pour le chocolat - Claude Chabrol - critique

Faussement lisse, vraiment cruel, délicieusement ambigu : l’un des derniers (très) bons films de maître Chabrol.

Requiem for a dream - Darren Aronofsky - critique

Le film coup-de-poing par excellence, ou l’enfer des drogues vu par un œil virtuose et sans concessions. Une déflagration d’une puissance inouïe, qui laisse physiquement sur le carreau.

Lost : bilan de la saison 6

Décevante pour les uns, époustouflante pour les autres, déroutante pour tous, la dernière saison de Lost a assuré le spectacle, sans dévoiler toutes ses clés cependant...

Le mot de la fin pour Lost

La série phare créée par J.J. Abrahams est sur le point de dévoiler tous (?) ses mystères...