Frédéric de Vençay

Bordeaux

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

113 films notés

118 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Cheval de guerre - Steven Spielberg - critique

Ce qui faisait très peur sur le papier (et dans la bande-annonce) est devenu un mélo guerrier flamboyant, rétro et plein de panache, à peine entaché par quelques bévues purement hollywoodiennes (Niels Arestrup en Papi Confiture qui parle anglais !). A travers un conte enfantin riche en émotions sincères, ce grand optimiste (et faux naïf) de Spielberg abandonne un temps sa noirceur des années 2000, mais n’oublie pas d’orchestrer de grandes séquences guerrières qui ravissent nos rétines et chavirent nos coeurs. Film mineur mais divertissement majeur pour le cinéaste américain, après un "Tintin" de haute (...)

Lire la suite

La taupe - la critique

Tomas Alfredson a chiadé ses ambiances mais oublié de creuser ses personnages, expliciter leurs relations ou approfondir les enjeux de son scénario. En ressort un objet magnifique sur le plan esthétique, mais relativement creux dans le fond, malgré sa caution "sérieuse" et son récit à tiroirs (mais un récit d’espionnage est-il réussi si on n’y comprend rien ?). C’est une coquille refermée sur elle-même, une démonstration de virtuosité filmique un peu vaine, un vaste feuilleté feuilletonnesque qui fonctionne moins dans son ensemble que dans certaines de ses parties (l’intrigue avec Tom Hardy, le final (...)

Lire la suite

J. Edgar - la critique

Eastwood s’interroge moins sur l’Histoire que sur la manière dont l’écrivent (et la réécrivent) les hommes de pouvoir. Après "Mémoires de nos pères" et "Invictus", le cinéaste parvient enfin à donner à son sujet l’ampleur et la profondeur qu’il requerrait, par le biais d’un twist final parfaitement négocié. Ce retournement vient un peu réveiller un biopic en pilotage automatique, lesté des artifices canoniques du genre (voix-off pesante, construction en allers-retours, performance "Actor’s Studio" appliquée...). Le classicisme eastwoodien, sobre et élégant, et le jeu enfiévré de DiCaprio restent corrects, (...)

Lire la suite

Le chat du rabbin - La critique

Un joli conte animé de Joann Sfar, quasiment une oeuvre d’utilité publique dans son discours intelligent et jamais lénifiant sur les dangers d’une pratique religieuse poussée vers l’outrance. Fin, drôle, cultivé, "Le Chat du rabbin" bénéficie d’un casting vocal de premier choix et d’une animation au minimalisme poétique. En revanche, le scénario est aussi cabossé et bringuebalant que la Citroën qui transporte les personnages dans le désert éthiopien. Un défaut qui habitait déjà "Gainsbourg", le précédent essai (en demie teinte) de Joann (...)

Lire la suite

Minuit à Paris - la critique

Voilà bien quatre ou cinq ans que Woody cinéaste donne l’impression d’être parti en vacances, et son choix se porte cette année sur la capitale française. Sous son formidable pitch fantastique (et fantaisiste), Allen ne retrouve pas tout à fait la magie qui habitait la danse finale de son "Tout le monde dit I love you" : très plaisante, sa comédie reste en pantoufles alors qu’elle possédait le potentiel d’un grand film. On ne boudera quand même pas (trop) notre plaisir devant ce spectacle souvent drôle, spirituel et euphorisant, avec un Owen Wilson délicieux et un discours (pas si con) sur notre (...)

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Il était une fois la révolution - la critique

Faux western et vraie fresque historique et lyrique, Il était une fois la révolution est sans doute le film le plus sombre, le plus violent de Sergio Leone. Une puissance visuelle inouïe au service d’une vision désenchantée de la politique.

Pique-nique à Hanging Rock - Peter Weir - critique

Deuxième long-métrage et coup d’éclat précoce pour Peter Weir, qui s’approprie une histoire de fait divers pour atteindre des sommets de grâce et d’ambiguïté. Ensorcelant.

La cité de la peur, une comédie familiale - la critique

Paroxysme de la connerie joyeuse, le film culte de les Nuls reste toujours aussi drôle, même à la dixième vision. Jubilatoire.

Merci pour le chocolat - Claude Chabrol - critique

Faussement lisse, vraiment cruel, délicieusement ambigu : l’un des derniers (très) bons films de maître Chabrol.

Requiem for a dream - Darren Aronofsky - critique

Le film coup-de-poing par excellence, ou l’enfer des drogues vu par un œil virtuose et sans concessions. Une déflagration d’une puissance inouïe, qui laisse physiquement sur le carreau.

Lost : bilan de la saison 6

Décevante pour les uns, époustouflante pour les autres, déroutante pour tous, la dernière saison de Lost a assuré le spectacle, sans dévoiler toutes ses clés cependant...

Le mot de la fin pour Lost

La série phare créée par J.J. Abrahams est sur le point de dévoiler tous (?) ses mystères...